International
URL courte
Opération de libération de la ville de Mossoul (2016) (105)
17163
S'abonner

Tandis que les combats reprennent dans la ville irakienne de Mossoul, le premier ministre du pays Haïder al-Abadi annonce que l'opération avance.

Finalement, l'opération visant à chasser les terroristes de Daech de la ville de Mossoul est entrée dans sa phase décisive, a déclaré le chef du gouvernement irakien et commandant suprême Haïder al-Abadi depuis le QG du commandement de l'opération.

« L'opération est entrée dans la phase critique et progresse comme prévue. Nos combattants braves luttent à l'intérieur de la ville de Mossoul, leur moral remonté, leurs poumons pleins d'esprit de victoire. L'ennemi est confronté à un collapsus et à une scission », a déclaré M. al-Abadi.

Samedi, le commandement du pays a affirmé que les militaires ont repris le contrôle de plusieurs quartiers dans l'est de Mossoul.
La bataille de Mossoul, qui mobilise quelque 100 000 soldats irakiens, combattants kurdes et membres de milices chiites pour reconquérir la grande ville du nord aux mains de l'EI depuis juin 2014, a été déclenchée le 17 octobre.

Après une pause de plusieurs semaines due à des problèmes logistiques et de coordination, une seconde offensive est lancée. Les unités d'élite ont repris un quart de la ville mais leur avancée est lente et difficile à cause des tireurs embusqués, des véhicules suicides et de la présence massive de civils, majoritairement sunnites, dans la ville. Une « refonte opérationnelle » a été mise en place au début du mois, ce qui a marqué la première pause importante de la campagne de Mossoul.

Dossier:
Opération de libération de la ville de Mossoul (2016) (105)

Lire aussi:

«Mossoul-Est sera libéré d’ici une semaine»
L’armée irakienne reprend l’offensive contre Daech à Mossoul
La libération de Mossoul avec un coût humain minime nécessitera du temps
Un chef adjoint de Daech arrêté à Mossoul
Tags:
bataille, Etat islamique, Haïder al-Abadi, Mossoul, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook