Ecoutez Radio Sputnik
    Photos du président Assad à Damas.

    Berlin admet la participation d’Assad à la période de transition, mais avec un préalable

    © Sputnik . Mikhail Voskresenskiy
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (hiver 2016/17) (165)
    93195
    S'abonner

    Bien que l'Allemagne assure que sa rhétorique sur l'avenir politique de Bachar el-Assad reste inchangée, sa position semble avoir évolué ces deux dernières années. Ainsi, l'exigence du départ immédiat du président cède place aux propos sur sa participation à la transition.

    Le président syrien Bachar el-Assad pourra participer à la période de transition si ses pouvoirs sont réduits, a déclaré lundi le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères Martin Schäfer.

    Et de souligner que selon Berlin, un règlement n'était pas possible sans une limitation considérable des prérogatives du président syrien.

    « Il me semble évident que sans une limitation sérieuse et considérable des prérogatives du président le règlement du conflit ne se fera pas », a-t-il indiqué.

    Quant à la question de l'avenir politique de Bachar el-Assad, elle devra faire l'objet des pourparlers entre les représentants du gouvernement syrien et l'opposition, prévus fin janvier à Astana, au Kazakhstan, a poursuivi M. Schäfer.

    « La question de l'avenir politique de Bachar el-Assad et du rôle des formations d'opposition dans la création des organes de pouvoir de transition devrait être évoquée à Astana », a-t-il déclaré.

    « Notre position reste inchangée, il n'y a pas d'avenir pour la Syrie avec Assad », a pointé M. Schäfer.

    Il convient toutefois de rappeler que bien que l'Allemagne semble rester intransigeante sur l'avenir politique de Bachar el-Assad, sa position s'est assouplie au cours des derniers mois. Si on se souvient des déclarations officielles faites au cours des quatre premières années de la guerre en Syrie, Berlin, tout comme une série d'autres pays occidentaux, exigeait un départ immédiat du leader syrien.

    Toutefois, vers 2015, la rhétorique s'est considérablement assouplie. Est-ce le flux de migrants ou la menace terroriste qui a fait revenir — bien que légèrement — l'Allemagne sur ses principes ? En tout état de cause, le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a tout d'abord déclaré dans une interview qu'il n'excluait pas la possibilité de dialoguer avec le gouvernement syrien. Ensuite, d'autres personnalités politiques allemandes, notamment Thomas Oppermann, président du groupe SPD au Bundestag, ont admis la nécessité de la participation de Bachar el-Assad au règlement du conflit syrien.

    Rappelons que le président russe a annoncé le 29 décembre la signature de trois documents relatifs aux efforts de paix en Syrie. Le premier, entre le gouvernement et l'opposition syrienne, introduit un cessez-le-feu sur le territoire syrien. Le deuxième prévoit une série de mesures destinées à contrôler le respect du cessez-le-feu. Le troisième, enfin, annonce la volonté des parties d'entamer des négociations de paix concernant le règlement de la crise syrienne.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Situation en Syrie (hiver 2016/17) (165)

    Lire aussi:

    Poutine et Rohani évoquent le processus de paix en Syrie
    Trêve en Syrie: «le réalisme des pays forts qui maîtrisent les choses»
    Les Kurdes syriens pas invités aux négociations sur le règlement en Syrie
    Tags:
    processus de paix, opposition, ministère allemand des Affaires étrangères, Martin Schäfer, Frank-Walter Steinmeier, Astana, Kazakhstan, Syrie, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik