International
URL courte
16106
S'abonner

Les États-Unis estiment qu’il y a encore des outils pour influencer la Corée du Nord, considérant des options supplémentaires afin d’exercer une pression diplomatique sur Pyongyang, notamment via la participation de la Chine et de la Russie.

L'administration du président élu Donald Trump devrait chercher de nouvelles alternatives de coopération avec la Russie et la Chine afin de faire en sorte que la Corée du Nord renonce à ses ambitions nucléaires, a estimé le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest.

« Nous conseillons à la prochaine administration de rechercher des opportunités en vue de travailler efficacement avec des pays comme la Chine et la Russie et nos alliés, la Corée du Sud et le Japon, pour exercer une pression sur la Corée du Nord », a déclaré M. Earnest.

Plus tôt, les médias ont informé que le leader nord-coréen Kim Jong-un avait annoncé pendant le discours du Nouvel An que Pyongyang se préparait à tester un missile balistique intercontinental. Il a également promis qu'il « punirait les ennemis du pays » en renforçant ses capacités militaires si les États-Unis et la Corée du Sud ne renonçaient pas à leurs exercices militaires.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

 

Lire aussi:

Jamais un missile nord-coréen n'atteindra les États-Unis, assure Trump
La BBC diffusera des programmes radio-télé en Corée du Nord
Le THAAD déployé en Corée du Sud d’ici dix mois
Les sanctions contre Pyongyang, une pratique désuète et sans effet
Tags:
diplomatie, Maison blanche, États-Unis, Russie, Chine, Pyongyang, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook