Ecoutez Radio Sputnik
    Marine Le Pen

    Le Service de sécurité ukrainien veut interdire Mme Le Pen d’entrée dans le pays

    © AFP 2019 Emmanuel Dunand
    International
    URL courte
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)
    48847
    S'abonner

    Suite aux propos tenus par la présidente du Front national Marine Le Pen sur la légalité du rattachement de la Crimée à la Russie, le SBU n’exclut pas que la candidate à l'élection présidentielle française en 2017 soit interdite d’entrée en Ukraine.

    Le Service de sécurité ukrainien (SBU) a demandé au ministère des Affaires étrangères d'interdire d'entrée en Ukraine la présidente du Front national (FN) Marine Le Pen, pour qui, contrairement à la position de l'UE et des États-Unis, le rattachement de la Crimée à la Russie n'a rien d'illégal, annonce le chef adjoint du staff du SBU Alexandre Tkatchouk.

    « Le 3 janvier, le SBU a envoyé une lettre au ministère des Affaires étrangères. Il se peut que déjà aujourd'hui notre initiative soit soutenue et que Mme Le Pen soit interdite d'entrée sur le territoire de notre État », a déclaré M. Tkatchouk, cité par la chaîne de télévision « 112 Ukraïna ».

    Interrogée mardi par la chaîne BFMTV, la présidente du Front national Marine Le Pen a notamment estimé que le rattachement de la Crimée à la Russie n'avait rien d'illégal.

    « Je ne crois absolument pas qu'il y ait eu une annexion illégale : il y a eu un référendum, les habitants de la Crimée souhaitaient rejoindre la Russie (…) Je ne vois pas ce qui justifie de remettre en cause ce référendum », a-t-elle déclaré.

    M. Tkatchouk a indiqué pour sa part que cette déclaration de Mme Le Pen ne devrait pas rester sans suite, tout en reconnaissant cependant qu'il était mal placé pour en décider à la place des officiels français.

    « Malheureusement, ce n'est pas la première fois que des politiciens étrangers se permettent certains faits et gestes qui vont, selon nous, à l'encontre des intérêts de notre État, a-t-il ajouté.

    En mai dernier, dans une interview accordée à RT, la patronne du FN a promis de reconnaître le rattachement de la Crimée à la Russie si elle est élue au poste présidentiel.

    Mme Le Pen a également souligné que son parti s'opposait depuis le début aux sanctions imposées à l'encontre de Moscou sur fond de crise en Ukraine et de rattachement de l'ex-péninsule ukrainienne à la Fédération de Russie.

    En février 2016, Marine Le Pen a annoncé son intention de briguer la magistrature suprême lors de l'élection programmée pour 2017. A la présidentielle de 2013, elle a recueilli 17,9 % des voix des électeurs.

    Par ailleurs, Mme Le Pen ne cesse de plaider pour l'établissement de « relations stratégiques » entre la France et la Russie dans le cadre de la lutte contre le groupe djihadiste État islamique (Daech).

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)

    Lire aussi:

    À Moscou, le conseiller de Trump parle affaires et reconnaissance de la Crimée
    Un candidat à la présidence autrichiennne exhorte à reconnaître la Crimée russe
    Persécutés, les Tatars de Crimée? Mensonge, selon des Turcs
    Tags:
    référendum, présidente, rattachement de la Crimée, Union européenne (UE), Service de sécurité d'Ukraine (SBU), Front national (FN), Alexandre Tkatchouk, Marine Le Pen, États-Unis, Crimée, Russie, Ukraine, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik