Ecoutez Radio Sputnik
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan

    Plus de 6.000 licenciements en un jour dans le secteur public en Turquie

    © REUTERS/ Brendan McDermid
    International
    URL courte
    Tentative de coup d'Etat militaire en Turquie (201)
    21112

    Après avoir prolongé cette semaine de trois mois supplémentaires l'état d'urgence, les autorités turques ont limogé plus de 6 000 personnes, en une seule journée, dans une nouvelle vague de purges qui se succèdent après le putsch manqué en juillet dernier.

    Dans le cadre de l'état d'urgence instauré en Turquie après la tentative de coup d'État ratée en vue de renverser le président Recep Tayyip Erdogan en juillet et prolongé cette semaine, les purges se poursuivent dans le pays, et vendredi, plus de 6 000 Turcs ont perdu leur emploi dans le secteur public.

    Parmi les personnes limogées figurent 2 700 policiers, 1 700 fonctionnaires du ministère de la Justice, 838 de celui de la Santé et des centaines d'employés d'autres ministères ainsi que plus de 630 universitaires et 135 fonctionnaires de la structure chargée des rapports religieux, annonce la presse se référant au Journal officiel.

    Le 5 janvier, le premier verdict officiel pour la participation à la tentative de coup d'État est tombé, deux policiers ayant été condamnés à la réclusion à perpétuité.

    Dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016, une tentative de coup d'État a eu lieu en Turquie, principalement à Ankara et Istanbul. Un groupe de soldats et officiers ont essayé de s'emparer du pouvoir dans le pays. Le gouvernement turc les accuse d'être liés à Fethullah Gülen, un prédicateur exilé aux États-Unis qui le dément d'ailleurs formellement.

    Cette tentative s'est soldée par un échec et a coûté la vie à 246 personnes sans compter les putschistes. Plus de 2 000 personnes ont été blessées lors des affrontements.

    Depuis le putsch manqué, plus de 100 000 personnes ont été limogées ou suspendues, notamment des professeurs, des policiers et des magistrats. Pour avoir participé à l'organisation du coup d'État en Turquie, 7 500 personnes ont d'ores et déjà été interpellées, dont plus de 6 000 militaires, policiers, magistrats et procureurs.

    Par ailleurs, les ressortissants turcs se trouvant à l'étranger pourront être déchus de leur nationalité s'ils ne rentrent pas dans les trois mois suivant leur convocation par les autorités.

    D'une ampleur inédite en Turquie, ces purges suscitent l'inquiétude des organisations de défense des droits de l'homme qui redoutent que l'état d'urgence, prolongé cette semaine de trois mois supplémentaires, ne serve de prétexte pour réprimer toute voix dissidente.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Tentative de coup d'Etat militaire en Turquie (201)

    Lire aussi:

    Expert turc: le meurtre de l’ambassadeur russe est la suite du putsch avorté
    32.000 personnes arrêtées dans l'enquête sur le putsch avorté en Turquie
    "Le putsch turc ressemble à l'incendie du Reichstag en 1933"
    Tags:
    président, officiers, soldats, purge, licenciement, coup d'Etat, tentative de putsch en Turquie (2016), Fethullah Gülen, Recep Tayyip Erdogan, Istanbul, Ankara, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik