Ecoutez Radio Sputnik
    Louis Michel, député belge au Parlement européen et ancien ministre des Affaires étrangères

    Eurodéputé belge: la politique antirusse occidentale est «une grave erreur»

    © Flickr/ European Commission DG ECHO
    International
    URL courte
    36433

    L’ancien ministre belge des Affaires étrangères, Louis Michel, croit que les tentatives d‘isoler la Russie ne sont qu’une erreur de la communauté internationale.

    Louis Michel, député belge au Parlement européen et ancien ministre des Affaires étrangères, a fait valoir sa position sur la Russie dans une interview à la chaîne de télévision RTL-TVI.

    « Je pense que la communauté internationale, que ce soient les États-Unis, mais peut-être encore moins les États-Unis que les Européens, nous faisons une grave erreur, une faute géopolitique de nous isoler de la Russie », a estimé M. Michel.

    En développant son idée, il a souligné qu'il considéré depuis longtemps qu'il était insensé de conduire une politique hostile envers la Russie qui est, de fait, une partie de l'Europe inaliénable et un partenaire privilégié.

    « J'ai dit ça bien avant Trump. Je reste persuadé que nous devions faire, après la chute du mur, de la Russie un partenaire privilégié. La Russie est un pays européen. Et je pense qu'il était important d'avoir avec la Russie un partenariat privilégié très proche », a-t-il déclaré.

    En commentant l'expulsion des diplomates russes des États-Unis, l'une des initiatives récentes de l'actuel président américain Barack Obama, l'ancien commissaire européen a déclaré que ce n'était que le « dernier geste du président » sortant.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

     

    Lire aussi:

    «Une immense énergie antirusse» accumulée aux USA sous Obama
    Obama emporté à son tour par la vague de paranoïa antirusse
    «L’hystérie antirusse est contraire aux intérêts de l’UE»
    Les citoyens de l'UE sont les principales victimes de la résolution antirusse
    L’Occident a joué la carte de l’hystérie antirusse, et a perdu
    Tags:
    sanctions antirusses, géopolitique, erreurs, Louis Michel, Europe, Belgique, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik