International
URL courte
62305
S'abonner

Le quotidien allemand Bild affirme avoir visité «la fabrique à trolls à Saint-Pétersbourg». Le tabloïde dévoile le salaire mensuel payé par le Kremlin qui est «une très bonne somme» en Russie, jusqu’à 800 roubles… soit 12 euros.

Après la publication des listes de sanction de la Maison Blanche, le Bild s’est intéressé à l’une des personnes de la liste, une jeune Russe. Le tabloïde a mis en lumière la fabrique à trolls du Kremlin.

À chaque article de dénonciation de plus en plus loufoque, on croit qu’il s’agit d’un comble de l’imagination des médias occidentaux. Pourtant, il s’avère que cette dernière n’a pas de limites. Alors que les représentants officiels du Kremlin avouent déjà être fatigués de réagir aux accusations sur les hackers russes, le Bild publie un nouveau scoop.

« Cette jeune fille est la principale hacker de Poutine? Alissa Chevtchenko aurait aidé Poutine à manipuler les élections américaines », lit-on au début de l’article.

« Alissa n’est pas la première jeune fille russe travaillant dans le cyber espace dans l'intérêt de Poutine », poursuit le Bild, avant de faire part de sa propre « enquête journalistique », son scoop, directement à partir de la scène du crime, de la Russie.

Gardons-nous de décevoir le Bild dès le début en dévoilant au tabloïde que le fait de publier des commentaires dans les réseaux sociaux n’en fait pas une hacker…

«”Poutine est génial! Les Ukrainiens sont des fachos”, ”l’Europe est en déclin!”, voilà seulement une partie des commentaires écris par la jeune fille sur ordre du Kremlin », annonce le Bild.

Et c’est sans doute grâce à ces commentaires que la Russie a influencé la présidentielle américaine.

Perle du reportage: l’opération spéciale des journalistes allemands. « En juillet 2016, le Bild s’est rendu à la fabrique de trolls à Saint-Pétersbourg où avait travaillé Mme Chevtchenko. 400 jeunes âgés de 20 à 30 ans travaillent à la ”fabrique” 24 heures sur 24 payés de 640 à 800 roubles par mois. Une somme importante en Russie », résume le Bild.

Difficile de s’imaginer un jeune Russe travailler pour 680 roubles (10 euros) même par jour. Il est donc étrange que les journalistes n’aient pas écrit que les jeunes hackers œuvrent à la Loubianka, ancien siège du KGB, pour un bol de riz.

Les internautes russes ont déjà réagi par des mèmes en plaisantant, affirmant que les hackers russes avaient « cassé » le lac de Tchoudsk (Peïpous), faisant référence à la bataille du lac Peïpous ou la Bataille sur la glace.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, n’a pas pu se retenir de commenter l’article à ce point hilarant pour n’importe quel Russe.

« Il paraît que même si les ”hackers russes” ont piraté quelque chose aux États-Unis ce n’était que deux éléments: le cerveau de Barack Obama et le rapport sur les ”hackers russes” », a ironisé Maria Zakharova.

Lundi, WikiLeaks a tenu une conférence de presse en réponse au rapport de la CIA sur la cyberactivité «malveillante» de la Russie pendant la présidentielle américaine, qualifiant de «politisé» le rapport du renseignement US sur les cyberattaques.

Lire aussi:

L’outil des «hackers russes» présenté par les USA est un logiciel ukrainien tout public
Hackers russes? Quand les USA pirataient la présidentielle française...
Les services secrets US attribuent des adresses aléatoires sur Tor aux «hackers russes»
Rencontre Trump-renseignement US: pas d'influence des hackers russes sur la présidentielle
Le rapport US «amateur» sur les hackers russes ressemble à une «chasse aux sorcières»
Les «hackers du Kremlin» s'attaquent... à un fournisseur d'électricité US!
Moscou fatigué des mensonges US sur les hackers russes
Les hackers ont conduit Trump à la victoire? La majorité des Américains n’y croient pas
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook