International
URL courte
Négociations sur le Brexit (2017) (148)
16130
S'abonner

Alors que Theresa May veut avoir le beurre et l'argent du beurre après le Brexit, Angela Merkel menace de limiter l’accès de la Grande-Bretagne au marché libre de l’UE si elle n’accepte pas ses conditions. Laquelle de ces «dames de fer» aura le dernier mot? L’ancien ministre des Finances Jorge Braga de Macedo partage ses prévisions avec Sputnik.

Alors que la première ministre britannique Theresa May espère tirer des bénéfices des rapports particuliers de son pays avec l'Union européenne après sa sortie, dont l’accès au marché unique, et dans le même temps contrôler l'immigration en provenance de l'Union, la chancelière fédérale allemande Angela Merkel indique que les négociations ne seront pas basées sur « une approche sélective ».

Jorge Braga de Macedo, président du Tropical Research Institute, professeur d'économie à l'université Nova de Lisbonne, président du Forum Portugal Global, ancien ministre portugais des Finances et membre du comité exécutif de la Commission Trilatérale partage sa vision sur le Brexit, en particulier sur la bataille Merkel vs May et le rôle de la France dans un entretien à Sputnik à l’occasion du Forum Gaïdar de Moscou intitulé « L'Europe après le Brexit ».

Selon l’ex ministre des Finances, les négociations à venir sont tout à fait imprévisibles, car même si la position britannique est connue, il est fort possible que Londres n’arrive pas à la faire aboutir.

Quant à la bataille entre la première ministre britannique et l’ensemble de l’Union européenne, au sein de laquelle la chancelière allemande occupe une position clé, « il est évident qu’essayer de profiter des différences entre Européens est tout à fait inutile », et ceci, même lors d’une année électorale, affirme Finances Jorge Braga de Macedo. 

« En ce qui concerne la sortie du Royaume-Uni, on la regrette tous mais on va essayer de faire en sorte que l’Europe ne soit pas divisée et surtout que… la communauté de sécurité de l’Atlantique nord ne soit pas blessée. Comme Mme Merkel partage cette opinion avec Mme May, je ne suis pas aussi inquiet que vous en ce qui concerne les difficultés. Si Mme May exagère dans ces demandes, elle perdra. Evidemment il se passera la même chose de l’autre côté. Les négociations doivent être raisonnables et elles le seront, j’en suis convaincu », assure l’ancien ministre.

Quant au rôle de la France dans le Brexit, M. de Macedo pense que « la France, fondatrice de l’Union européenne, restera fidèle à ses engagements européens. » 

Le rôle de l’union franco-allemande sera aussi très important, mais contrairement à de nombreuses prévisions d’analystes, le professeur ne croit pas en une mise à l’écart de Londres.

La France « va y arriver parce que ces deux pays ont également des rapports très proches – aux Nations unies ou au G7, au G20 dont on a parlé ici. Le fait que l’Allemagne et la France soient très proches dans le cadre européen n’empêche pas que la Grande-Bretagne continue à être proche. Comme on a dit ici, c’est 30 km, c’est rien. » 

En ce qui concerne les espoirs français de tirer profit du Brexit en attirant des start-ups et en faisant de Paris la nouvelle capitale financière, M. de Macedo émet des doutes quant à sa réalisation, car un pays ne pourra jamais bénéficier d’un grand profit si son voisin traverse une période difficile.

« Quand il y a des problèmes en Angleterre ou au Royaume-Uni, la France a des problèmes aussi et vice-versa. Donc les Européens peuvent avoir des manières très différentes de voir l’Europe mais aucun d’entre eux ne se considère anti-Européen », conclut Jorge Braga de Macedo.


Dossier:
Négociations sur le Brexit (2017) (148)

Lire aussi:

François Fillon prochain président français: quel impact sur le Brexit?
Brexit, mode d’emploi: l’UE est-elle prête aux appétits de Theresa May?
Le chat Larry de Downing Street soutient-il le Brexit?
Contrairement aux attentes post-Brexit, l’économie britannique a le vent en poupe
Brexit: l'ambassadeur britannique auprès de l'UE annonce sa démission
Le Brexit au centre d'une comédie américaine
Le Royaume-Uni divisé après le Brexit, ressenti comme dur, doux et maudit
Face à l’incertitude du Brexit, la livre sterling plonge
Brexit: le divorce entre Bruxelles et Londres pourrait prendre 20 ans
Quand les ministres UK ne peuvent pas parler avec l’inspirateur du Brexit
Brexit: l’UE ne laissera pas la Grande-Bretagne s’en tirer comme ça
Tags:
Union européenne (UE), Jorge Braga de Macedo, Angela Merkel, Theresa May, Londres, Europe, France, Allemagne, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook