Ecoutez Radio Sputnik
    Lieu du crash du MH17 (Archives)

    MH17: des os de victimes saisis à deux journalistes néerlandais

    © Sputnik . Mascha Ross
    International
    URL courte
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (284)
    14414

    Des journalistes hollandais ont emporté du Donbass un os appartenant à lune des victimes du crash du vol MH17, qui s’est écrasé dans l’est de l’Ukraine en 2014. Une preuve de la négligence des enquêteurs, selon eux. Près de trois ans après, des fragments de corps parsèment toujours le lieu de la tragédie.

    Un fragment d'os humain a été saisi aux journalistes hollandais Stefan Beck et Michel Spekkers parmi d'autres objets provenant des lieux du crash du vol MH17 dans l'est de l'Ukraine, selon le parquet des Pays-Bas. Une expertise a confirmé qu'il s'agissait d'un fragment de corps d'un des passagers du vol.

    Les deux journalistes ont été arrêtés par la police néerlandaise à leur retour à Amsterdam après un voyage professionnel dans le Donbass pour enquêter sur le crash survenu en 2014. Les journalistes, qui avaient reçu des accréditations officielles, ont rassemblé pendant une semaine des informations sur la catastrophe.

    À leur retour, ils se sont vu saisir leur matériel professionnel, leurs cartes mémoires, leurs téléphones et leurs caméras ainsi que tous les enregistrements du lieu du crash par les officiers de sécurité néerlandais. Ce matériel documentaire sur le dossier du MH17 a été jugé illégal par la police, puis par le tribunal saisi par les journalistes, indignés par cette démarche.

    Selon Stefan Beck, les autorités connaissaient le but du voyage et le fait que les journalistes envisageaient de transporter du matériel relatif à la catastrophe et proposaient de remettre ces pièces à l'ambassade des Pays-Bas à Moscou ou à la police d'Amsterdam.

    « La déclaration du parquet néerlandais confirme ce que nous redoutions : les restes humains sont restés sur le lieu du crash et l'enquête a été réalisée avec négligence. Nous espérons que le travail recommencera immédiatement », a indiqué le journaliste à RIA Novosti.

    En outre, les photos et vidéos représentant l'interpellation des journalistes à l'aéroport d'Amsterdam seront supprimées, indique une décision du tribunal.

    Un Boeing 777 de la Malaysia Airlines, transportant 283 passagers et 15 membres d'équipage, s'est écrasé le 17 juillet 2014 dans l'est de l'Ukraine, alors qu'il effectuait la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur. Toutes les personnes qui se trouvaient à bord de l'appareil ont péri. Tous les participants au conflit armé dans le Donbass démentent leur implication dans cette catastrophe.

    Le groupe d'enquête qui travaille depuis deux ans a publié, le 28 septembre dernier, un rapport préalable. Les enquêteurs des Pays-Bas, de Belgique, d'Ukraine, de Malaisie et d'Australie affirment avoir établi le type d'arme qui avait abattu l'avion. Il s'agirait d'un missile tiré par le système russe Bouk depuis le territoire contrôlé par les opposants au régime de Kiev.

    Le lance-missiles serait venu dans le Donbass en provenance de Russie pour y retourner le lendemain du crash. Une affirmation qui suscite les doutes de Moscou, qui juge les méthodes de l'enquête opaques et pleines d'idées préconçues. En outre, l'enquête ne prend pas en considération les informations fournies par la Russie.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (284)

    Lire aussi:

    Les autorités néerlandaises arrêtent des journalistes revenus du Donbass
    Un tribunal néerlandais refuse à la police l'accès aux infos de journalistes sur le MH17
    Enquête sur le crash du MH17: Bellingcat a falsifié les données
    Le Kremlin prédit l’échec de l’enquête sur le crash du MH17
    Tags:
    crash d'avion, os, journalisme, enquête, MH17, Parquet néerlandais, Stefan Beck, Michel Spekkers, Pays-Bas, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik