Ecoutez Radio Sputnik
    Révolutionnaires et islamistes: qui représentera l’opposition syrienne à Astana?

    Révolutionnaires et islamistes: qui représentera l’opposition syrienne à Astana?

    © Sputnik. Iliya Pitalev
    International
    URL courte
    Négociations sur la Syrie à Astana (janvier 2017) (26)
    302384321

    27 des 31 groupes de l’opposition syrienne ont convenu hier à Ankara de former une délégation unique qui représentera leurs intérêts lors des pourparlers avec Damas prévus le 23 janvier à Astana, au Kazakhstan. Qui figure parmi ces opposants à Bachar el-Assad? Sputnik fait le point.

    La rencontre de l'opposition syrienne qui s'est tenue hier dans la capitale turque a permis aux groupes qui cherchent à faire contrepoids au pouvoir de Damas de prendre une décision finale concernant leur participation aux pourparlers d'Astana. Ainsi, les opposants se sont mis d'accord sur la question visant à savoir qui, et sous quelles conditions, représentera leurs intérêts lors de la rencontre avec les autorités syriennes. Mais qui sont ces groupes qui ont apposé leur signature sur le texte final adopté à Ankara? Sputnik passe au crible les plus connus d'entre eux.

    Jaish al-Islam

    « L'Armée de l'islam » en Arabe, Jaish al-Islam prône l'instauration de la charia en Syrie. Pendant les années de guerre, le groupe a absorbé de nombreuses formations partageant son idéologie et a considérablement élargi ses rangs. Jaish al-Islam considère Daech comme un ennemi et représente une cinquantaine de divisions déployées sur l'ensemble du territoire syrien et coordonnées par 26 quartiers généraux.

    Selon certaines informations, le groupe bénéficie du soutien de la Turquie, de l'Arabie saoudite et du Qatar. Aux côtés d'Ahrar al-Sham, l'organisation fait partie du mouvement Front islamique.

    Ajnad al-Sham

    Cette organisation dont le nom se traduit de l'Arabe comme « Les soldats de la Syrie » opère dans les provinces d'Idlib et de Hama dans le nord-ouest du pays. En 2015, le groupe a rejoint le mouvement Jaish al-Fath et a participé aux combats contre l'armée syrienne pour s'emparer d'Idlib.

    Ajnad al-Sham a salué la décision du Front al-Nosra de rompre avec Al-Qaïda et s'est dit prête, en 2016, à rejoindre Fatah al-Sham qui a émergé à la place d'al-Nosra.

    Le Front syrien

    Jabha Chamia, ou « le Front syrien », est un large groupe qui réunit différentes factions armées dans la province d'Alep. L'organisation inclut notamment Nur al-Din al-Zenki, Fastakim, Ahrar al-Sham ainsi qu'une centaine d'autres divisions plus petites.

    Le quartier général de l'organisation se trouve dans la ville d'Azaz située près de la frontière turque.

    Le gouvernement provisoire

    Formé en 2013 à Istanbul par l'opposition pour faire contrepoids à Damas, le groupe est principalement formé par les membres de la Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution.

    Armée libre d'Idlib

    « L'armée libre d'Idlib » est composée de trois groupes opérant dans le nord-ouest de la Syrie. Le groupe fait partie de l'Armée syrienne libre. Les combattants de l'organisation ont participé à la bataille pour Alep. Fin septembre 2016, le groupe a pilonné l'armée syrienne avec des missiles Grad reçues, selon le commandant du groupe de la part d'États étrangers.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Négociations sur la Syrie à Astana (janvier 2017) (26)

    Lire aussi:

    Alep: le plan du gouverneur pour faire renaître la ville de ses ruines
    Syrie: la Russie réunit les Kurdes et Damas à la table des négociations
    Daech revendique l’attaque contre Ahrar al-Sham à Idlib
    Tags:
    Front du Levant, opposition, Armée libre d'Idlib, Jaysh al-Islam (Armée de l'islam), Astana, Damas, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik