Ecoutez Radio Sputnik
    Cadillac

    Trump-mobile: gaz lacrymogène, fusils à plombs et stocks de sang

    © Flickr / Andy
    International
    URL courte
    26352
    S'abonner

    La nouvelle limousine Cadillac conçue par General Motors en collaboration avec les agences de renseignement américaines pour le président Donald Trump est dotée des technologies les plus sophistiquées afin de garantir sa sécurité.

    L'entreprise américaine General Motors a mis au point un nouveau modèle de Cadillac affublé du nom Beast (Bête, ndlr), destiné exclusivement au futur président américain Donald Trump.  

    Dotée de canons à gaz lacrymogène et de fusils à plombs, la voiture numéro un promet d'être ultra-protégée.

    En cas d'accident, et si l'ambulance qui accompagne le cortège présidentiel ne peut pas accéder immédiatement à la «  Trump-mobile  », des stocks de sang du même groupe que celui de Donald Trump seraient prévus à l'intérieur du véhicule.

    En outre, la voiture est conçue pour résister à des attaques biologiques et chimiques.
    Le prix de la nouvelle Cadillac est estimé à un million et demi de dollars.

    La «  Trump-mobile  » entrera officiellement en service le 20 janvier, jour de l'investiture de Donald Trump au poste de  45e président des États-Unis.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    General Motors entame sa retraite de Russie
    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    Une nouvelle fonctionnalité fait son apparition sur WhatsApp
    Tags:
    automobile, gaz lacrymogènes, Cadillac, General Motors, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik