Ecoutez Radio Sputnik
    Le président russe Vladimir Poutine

    Corruption: des Mexicains appellent Poutine à l’aide

    © Sputnik . Alexey Drouzhinine
    International
    URL courte
    27563
    S'abonner

    Choqués par la corruption qui sévit dans leur pays, des Mexicains placent désormais leurs espoirs dans la Russie et son président Vladimir Poutine en personne.

    Face à la corruption ravageant leur pays, près de 5 000 Mexicains ont signé sur le site change.org une pétition en espagnol appelant le président russe Vladimir Poutine à résoudre le problème le plus vite possible.

    « La situation politique au Mexique est pire que jamais dans l'histoire du pays », résume l'auteur de la pétition Freppo Sovietico. Il est à noter que sa pétition porte le titre « Intervention russe au Mexique pour éliminer le mauvais gouvernement ».

    D'après Sovietico, les États-Unis et l'Onu ne font rien pour redresser la situation. « Les États-Unis jouissent à volonté des ressources mexicaines et personne n'est capable d'arrêter les hommes politiques corrompus qui y donnent leur accord tacite et n'hésitent pas à voler eux-mêmes », souligne-t-il.

    « De nos jours, poursuit-il, le Mexique se vide de son sang à cause de ce pillage et de ces rats. Vladimir Poutine, l'Amérique latine a besoin de vous. »

    4.860 personnes ont déjà signé la pétition.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Un homme arrêté au Mexique alors qu'il promenait un tigre en laisse
    Trump s'en prend à GM qui importe ses voitures du Mexique
    Une explosion sur un marché de feux d'artifice au Mexique
    Tags:
    lutte contre la corruption, corruption, Vladimir Poutine, Mexique, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik