International
URL courte
Négociations sur le Brexit (2017) (148)
1387
S'abonner

Dans une lettre ouverte adressé aux socialistes européens, le vice-premier ministre néerlandais Lodewijk Asscher appelle à ne pas conclure de nouveau traité commercial avec la Grande-Bretagne suite au Brexit tant que les parties concernées ne se mettront pas d’accord sur les problématiques fiscales.

Les Pays-Bas envisagent de suspendre le processus de sortie du Royaume-Uni de l'UE au cas où Londres refuserait d'adopter des règles strictes visant à lutter contre l'évasion fiscale et ne renoncerait pas à son rôle de paradis fiscal pour sociétés offshores, écrit le journal The Guardian, se référant à la lettre ouverte que le vice-premier ministre néerlandais Lodewijk Asscher a envoyée à ses homologues européens des partis socialistes.

« Si vous et moi on paie des impôts, les grandes entreprises, elles aussi, sont tenues de le faire. Unissons-nous et combattons ensemble cette course à l'allègement fiscal, qui risque de devenir réalité au cas où cela dépendrait uniquement du gouvernement conservateur du Royaume-Uni », souligne le vice-premier.

Selon lui, « cela concernera tous les Européens puisque le système de sécurité sociale de l'UE sera en l'occurrence mis à mal et les contribuables ordinaires seront obligés de porter le fardeau fiscal. »

« C'est pour cela, poursuit-il, que j'appelle à ne pas conclure de nouveau traité commercial avec la Grande-Bretagne tant qu'on ne se tombera d'accord sur la lutte contre l'évasion et course à la baisse des impôts. »

Selon le Guardian, c'est la possibilité de réduire l'impôt sur les bénéfices qui a séduit en son temps beaucoup de partisans haut placés du Brexit.

Le Parti travailliste britannique a lui aussi reçu une copie de la lettre de M. Asscher, conclut le quotidien, qui souligne que son président Jeremy Corbyn y a réagi « très positivement ».

La première ministre britannique Theresa May entend lancer la procédure de divorce d'avec l'UE d'ici fin mars, en activant l'article 50 du Traité de Lisbonne, ce qui déclenchera un processus de négociations de deux ans. Mais elle devra se conformer à la décision de la Cour suprême du pays, qui doit se prononcer sur la nécessité ou non de consulter le parlement auparavant. Sa décision est attendue d'ici la fin du mois de janvier.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Dossier:
Négociations sur le Brexit (2017) (148)

Lire aussi:

Merkel contre May, réalité de l’UE à l’époque du Brexit
Brexit: le divorce entre Bruxelles et Londres pourrait prendre 20 ans
Ingérence russe dans le Brexit: des balivernes à vous faire peur, selon le Kremlin
Rouée de coups et laissée nue en pleine nuit au bord de la route
Tags:
société offshore, paradis fiscal, Brexit, Lodewijk Asscher, Royaume-Uni, Pays-Bas
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook