International
URL courte
Forum économique mondial de Davos (2017) (8)
533
S'abonner

Les protestations des partisans de l’indépendance du Tibet à Bern et à Genève n’ont pas porté atteinte au climat général de la visite officielle du président chinois Xi Jinping en Suisse.

L'essor du partenariat entre la Chine et la Suisse a été à nouveau mise à l'épreuve par le problème du Tibet. Mais en dépit de cette ombre au tableau, les parties ont signé 10 documents portant sur la coopération en matière de culture, d'innovation, de propriété intellectuelle, d'énergie et de sport.

Le 16 janvier, dernier jour de sa visite, le dirigeant chinois a cité en exemple les relations entre la Chine et la Suisse. Lors de ses rencontres à Bern avec le président du Conseil national suisse Jürg Stahl et le président du Conseil des États Ivo Bischofberger, il a noté que les relations sino-suisses ont donné lieu à de nombreuses innovations dans les rapports entre la Chine et l'Europe. Le président chinois a souligné son intention de promouvoir, de concert avec la Suisse, un partenariat stratégique innovant.

Xi Jinping a fait ces déclarations au lendemain d'un meeting de deux heures organisé à Bern par 700 ou 800 partisans de l'indépendance du Tibet. Sa tenue a été autorisée, mais loin du lieu où se déroulaient les négociations sino-suisses.

Les organisateurs du meeting espéraient apparemment la répétition du scandale diplomatique provoqué par un incident similaire à Bern en 1999 lors de la visite de Jiang Zemin. Mais cette fois aucun scandale n'a éclaté.

Dans un entretien à Sputnik, Jin Canrong, expert de l'Institut des relations internationales auprès de l'Université du Peuple de Chine, a cité les raisons pour lesquelles les tentatives de ternir la visite de Xi Jinping et les relations bilatérales avaient échoué.

« Je vois trois explications. Tout d'abord, les partisans de l'indépendance du Tibet militent sous la bannière de la liberté de conscience. C'est un terrain sur lequel il est facile de gagner des sympathies. Cependant de nombreux pays, notamment la Suisse, ont compris qu'il s'agit de groupes politiques séparatistes. Une autre raison est l'augmentation de l'influence et la montée en puissance de la Chine. La valeur de la coopération avec la Chine croît au fur et à mesure de son renforcement. Cette coopération est recherchée par de nombreux États. Enfin, la troisième raison tient à la crise actuelle en Europe », a noté l'expert.

Iana Leksioutina de l'Université de Saint-Pétersbourg a fait remarquer dans une interview accordée à Sputnik que les organisations de défense des droits de l'homme étaient très puissantes en Europe. Cette problématique occupe une grande place dans l'ordre du jour politique européen, plus concrètement dans les relations sino-européennes. L'experte estime cependant que la Chine dispose d'une forte immunité en ce sens, comme le traduit la visite de Xi Jinping en Suisse.

« Les protestations n'ont pas occasionné de divergences et n'ont pas conduit à l'échec des négociations : Pékin est déjà habitué à des actions similaires organisées assez régulièrement. La Chine est immunisée contre les rencontres entre les dirigeants européens et le dalaï-lama, bien qu'elles provoquent de vives réactions de Pékin. Ainsi, une rencontre entre David Cameron et le dalaï-lama a entraîné un moratoire de 18 mois dans les relations sino-britanniques. Je ne crois pas que quelqu'un voulait empêcher l'essor des relations entre la Suisse et la Chine, ou mettre en échec les négociations. Je pense que la visite de Xi Jinping en Suisse était tout simplement une bonne occasion d'organiser une protestation », a expliqué l'experte, décryptant la logique des organisateurs des manifestations. 

Le 17 janvier, Xi Jinping et la présidente suisse Doris Leuthard inaugurent le forum économique de Davos. De l'avis des experts, l'Europe attend avec enthousiasme le discours du dirigeant chinois.
 
Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

 

 

Dossier:
Forum économique mondial de Davos (2017) (8)

Lire aussi:

Le Tibet, un sujet plus que sensible dans la politique chinoise de Trump
Pékin dévoile sa vision de la sécurité en Asie-Pacifique
Les USA, première puissance? Pékin contre la répartition US des rôles dans le monde
Deux voleurs s’accroupissent derrière un caddie pour se cacher de la police à Toulouse
Tags:
visite d'Etat, Doris Leuthard, David Cameron, Ivo Bischofberger, Jürg Stahl, Xi Jinping, Davos, Tibet, Suisse, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook