Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov

    Pour Lavrov, l’Occident rejette sa faute sur autrui en accusant la Russie d’ingérence

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    3433
    S'abonner

    En 2017, Moscou en est toujours réduit à réfuter les soi-disant accusations de certains pays, qui, quant à eux, ne perdent jamais une occasion de renverser les gouvernements étrangers selon leur gré, estime le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

    Les pays occidentaux qui accusent la Russie d'ingérence dans leur politique rejettent leurs fautes sur autrui, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors de la conférence de presse avec le ministre autrichien de l'Europe, de l'Intégration et des Affaires étrangères, Sebastian Kurz.

    « Le président élu américain, dans des interviews aux New York Times et à Bild, a exprimé son opinion sur la politique migratoire de l'Allemagne. Et mon homologue John Kerry a de son côté indiqué que cette démarche revêtait un caractère immoral et constituait une ingérence dans la politique intérieure allemande », a noté le chef de la diplomatie russe.

    Selon lui, de tels discours sont produits par ceux qui s'efforcent de donner des leçons à d'autres pays. En ce qui concerne l'Europe, « Barack Obama a fait personnellement de la propagande contre le Brexit, et ces discours sont le fait de ceux qui se mêlent des affaires des autres d'une manière peu innocente en recourant à la force pour renverser des gouvernements ».

    « C'est du deux poids deux mesures et même plus. Ceux qui nous accusent devraient au moins en rougir, car ils essaient de rejeter leurs fautes sur autrui », a conclu le diplomate russe.

    Le 18 janvier, à deux jours de son départ du poste de chef du Pentagone, Ashton Carter a déclaré à l'agence Bloomberg que les possibilités de coopérer avec la Russie s'étaient réduites au fil des ans.

    À l'opposé de l'administration américaine sortante, le président élu Donald Trump considère la lutte contre le terrorisme comme une priorité de sa politique extérieure.

    Lors de sa conférence de presse de mardi 17 janvier, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a salué cette volonté « qui manquait jusqu'à présent à nos partenaires américains ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Le chef du Pentagone nie tout rôle de la Russie dans la lutte anti-EI
    Les USA déclenchent de facto une nouvelle «course aux armements»
    «Qu’ils fichent le camp»: réactions d’Allemands face au transfert de chars US
    Tags:
    The New York Times, politique intérieure, accusations, ingérence, propagande, terrorisme, Brexit, Bild, Pentagone, Donald Trump, Ashton Carter, John Kerry, Sergueï Lavrov, Barack Obama, Moscou, Europe, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik