International
URL courte
41827
S'abonner

À deux jours de l’arrivée au pouvoir de son successeur Donald Trump, le président américain sortant Barack Obama a donné sa dernière conférence de presse. Une partie de son discours a été consacrée aux relations avec la Russie.

Le président américain sortant, Barack Obama, a déclaré mercredi que le retour à l’esprit de la rivalité, qui a marqué l’époque de la « guerre froide », nuisait aux relations entre la Russie et les États-Unis.

« Je pense qu'avoir des relations constructives avec la Russie sert les intérêts de l'Amérique et du monde entier. C'était mon approche pendant mon mandat. Là où nos intérêts se croisent, nous collaborons », a souligné le président lors de sa dernière conférence de presse à Washington.

« Le retour à l'esprit de la rivalité qui a existé pendant l'époque de la « guerre froide » a compliqué les relations », a-t-il poursuivi.

Il a en outre espéré que son successeur, Donald Trump, dont l'investiture est fixée au 20 janvier, pourra parvenir à un accord avec la Russie sur la poursuite du désarmement nucléaire.

« Si le président élu Trump parvient à relancer les négociations, ceci offrira à mon avis à nos deux pays beaucoup d'opportunités de réduire les arsenaux nucléaires », a-t-il déclaré.

Il a toutefois fait remarquer qu'il était incorrect de lier la coopération dans ce domaine à la levée des sanctions que Washington avait imposées à la Russie.

« Il ne faut pas confondre les raisons pour lesquelles les sanctions ont été introduites avec d'autres questions », a dit M. Obama, commentant ainsi la récente proposition de Donald Trump de lever les sanctions en échange de la réduction des arsenaux nucléaires.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

La Russie et les Etats-Unis arrachent un accord sur la Syrie
Varsovie, une monnaie d’échange pour Washington et Moscou?
Lutte antiterroriste: Ankara va devoir choisir entre Moscou et Washington
Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Tags:
sanctions, arsenal nucléaire, Donald Trump, Barack Obama, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook