International
URL courte
74264
S'abonner

Alors qu’il passait ses vacances en famille en Espagne, un informaticien russe a été arrêté et jeté en prison par la police espagnole. Celle-ci affirme avoir agi sur demande du FBI, mais n’a pas communiqué les charges retenues contre le programmeur. La question de son extra diction sera examinée par la Cour nationale.

Les autorités espagnoles ont arrêté à la demande du FBI le programmeur russe Stanislav Lissov, soupçonné d'être impliqué dans les attaques de pirates. La femme de Stanislav Lissov, Daria Lissova, a déclaré à la chaîne RT que son mari avait été arrêté à l'aéroport de Barcelone, alors que le couple était en vacances.

Le couple est arrivé à l'aéroport de Barcelone afin de rendre leur voiture de location, avant de poursuivre leur voyage vers Lyon et rendre visite à leurs amis. Après être descendus de voiture, Stanislav et Daria ont été approchés par deux agents de police qui leur ont montré leurs insignes et signalé qu'ils arrêtaient le programmeur.

Après avoir inspecté le téléphone, la tablette et l'ordinateur du couple, les policiers ont arrêté l'homme en expliquant que sa détention avait été effectuée à la demande du FBI et d'Interpol. Selon Daria, les charges à l'encontre de son mari ne lui avaient pas été signifiées au moment de son interpellation. Stanislav est actuellement détenu à la prison de Brians, dans la ville catalane de Martorell.

« Nous avons informé l'ambassade de Russie en Espagne. À l'heure actuelle, la question de son extradition est examinée au sein de la Cour nationale. Maintenant, les autorités judiciaires en Espagne décideront s'il sera extradé ou non », a déclaré à RIA Novosti un employé de la Garde civile.

La source a indiqué en outre que l'homme a été accusé de fraude, sans ajouter d'autres détails.

On note que la partie russe a immédiatement demandé à avoir connaissance des raisons et des détails relatifs à l'arrestation de l'homme.

« Après avoir reçu les informations, le personnel de l'ambassade et du consulat général russes à Barcelone ont établi des contacts avec les représentants de la police espagnole afin de protéger les intérêts du citoyen russe et de lui fournir l'assistance consulaire nécessaire », a déclaré le porte-parole de l'ambassade russe en Espagne Vassili Nioradze.

Le Kremlin a également réagi à l'incident. Lors d'une conférence de presse, le porte-parole du président Dmitriï Peskov a indiqué que le ministère des Affaires étrangères fournissait une aide juridique aux citoyens russes en Espagne pour que « des accusations non fondées ne soient pas portées » contre les citoyens russes.

« On ne peut pas généraliser ici, vous avez besoin de parler de chaque cas. Bien sûr, la partie russe ne permettra pas la violation des droits et des intérêts des citoyens russes partout ailleurs dans le monde, s'il n'y a pas de raison, et des Russes qui ne sont pas liés à des actions illégales », a répondu M. Peskov à la question de savoir si le Kremlin considérait la détention des citoyens russes soupçonnés d'attaques informatiques comme une sorte de « chasse aux sorcières ».

D'après Daria, les Lissov habitent à Taganrog (sud de la Russie) et sont arrivés en Espagne pour y passer leurs vacances. Le mari de Daria est programmeur, il s'occupe du développement de sites et leur soutien informatique.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

«Hackers du Kremlin»: un Tro lo lo lo lo russe s’invite à un show US
La toile accuse les hackers du Kremlin d’avoir piraté un serveur de… Sherlock !
Le rapport de la CIA sur les «hackers russes», dernier espoir des démocrates
Malgré les avertissements, un tiers des Français prévoient de «partir» pour Noël
Tags:
informaticien, arrestation, détention, Daria Lissova, Stanislav Lissov, Barcelone, Espagne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook