Ecoutez Radio Sputnik
    Chypre

    Pas de réunification tant que Chypre abritera des bases militaires britanniques

    © Fotolia / Megastocker
    International
    URL courte
    4191

    Les Chypriotes turcs restent sceptiques face aux tentatives de règlement des problèmes de l’île, les garanties et les territoires constituant la principale pierre d’achoppement à la normalisation de la situation. En outre, le fait même que la question des bases britanniques à Chypre ne soit pas évoquée suscite leur préoccupation.

    Le 18 janvier, le Mont Pèlerin, en Suisse, a accueilli une réunion du groupe de travail sur le règlement de la question chypriote. Réunie au niveau des vice-ministres des Affaires du pays, la rencontre est prévue sur trois jours.

    Cependant, la communauté turque de l'Île accueille l'initiative avec scepticisme, ne voyant pas de perspectives réelles de règlement tant qu'une série de questions sérieuses resteront ouvertes. Les principaux débats concernent les garanties et les territoires, mais aussi la présence sur l'île de bases britanniques. D'ailleurs, cette dernière question n'est pratiquement pas évoquée lors des négociations. Comme l'estime dans un entretien à Sputnik l'ex-ministre de l'Agriculture et des Ressources humaines de la République autoproclamée de Chypre du Nord, Sami Dayioğlu, tant que cette question ne sera pas réglée, la réunification restera un vain mot.

    « Les principaux problèmes existant aujourd'hui dans les négociations chypriotes sont liés aux garanties et aux territoires. Dans le contexte actuel, la perspective de la levée des garanties suscite une certaine inquiétude au sein de la communauté turque de Chypre. Les Chypriotes grecs sont opposés aux garanties, mais, en même temps, ne font rien pour que leur nécessité soit levée », a-t-il déclaré.

    Et d'ajouter que les sentiments nationalistes grandissaient dans la partie sud de l'île. Or, tant qu'il n'y aura pas de garanties d'une coexistence pacifique, la Turquie devra jouer le rôle de garant.

    Les bases britanniques sont encore une source de préoccupation : « Si on parle d'une république indépendante, les bases britanniques ne doivent pas y être présentes », a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

    Selon Sami Dayioğlu, il convient de prendre en compte le fait que non seulement les Chypriotes prennent part aux processus actuel, mais aussi des pays-garants. Or, selon lui, ces derniers ont leurs propres intérêts dans la région qui, d'ailleurs, sont parfois opposés à ceux des habitants locaux.

    « L'imprécision demeure en outre au sujet des territoires contrôlés par le Royaume-Uni. On verra si Londres est prêt à renoncer à ses bases sur l'île au nom de la coexistence pacifique des Chypriotes », a-t-il conclu.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Corée: Séoul veut préparer la réunification
    Chypre du Nord: neuf colonels turcs arrêtés pour des liens avec Gülen
    La France s'exprime sur la saisie d'un navire britannique par l'Iran
    Un jeune homme tué au fusil-mitrailleur en pleine rue dans le centre de Paris – images
    Tags:
    base militaire, réunification, négociations, Suisse, Royaume-Uni, Turquie, Chypre
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik