International
URL courte
18323
S'abonner

Un petit avion avec quatre personnes à son bord s'est abîmé dans l'océan Atlantique au large de la côte de l'État de Rio de Janeiro.

Quatre personnes étaient à bord de l'appareil qui s'est abîmé jeudi au Brésil, d'après les médias locaux. Selon les informations préliminaires, trois d'entre-elles seraient mortes et la quatrième aurait survécu.

Le membre de la Cour suprême fédérale du Brésil, Teori Zavascki, fait partie des victimes, a annoncé sa famille. Le fils de Teori Zavascki a confirmé la mort de ce dernier par la suite.

​Le juge Teori Zavascki s'occupait de l'enquête sur l'implication des représentants du pouvoir exécutif et législatif du pays dans des schémas de corruption appliqués par la compagnie pétrolière Petrobras. Il était chargé de prendre les décisions sur les demandes d'arrestation de responsables jouissant de l'immunité.

Le scandale de corruption autour de l'affaire Petrobras dure depuis déjà deux ans et demi. La police suppose que les personnes impliquées dans les schémas criminels ont dérobé plusieurs milliards de dollars, ponctionnés sur le budget du pays. Depuis le début de l'affaire, de nombreux hauts responsables de l'entreprise pétrolière ont été arrêtés, et plusieurs ont accepté d'aider les enquêteurs.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Dilma Rousseff parmi les femmes les plus influentes: le Brésil interloqué
Destitution de Rousseff: "Une porte ouverte à la guerre civile au Brésil"
Dilma Rousseff, la femme forte du Brésil, quitte son poste
Il fonce sur les gendarmes dans le Gard en projetant leur véhicule huit mètres plus loin
Tags:
victimes, avions, crash d'avion, Petrobras, Rio de Janeiro, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook