International
URL courte
11223
S'abonner

Selon les autorités espagnoles, le FBI américain soupçonne le Russe interpellé à Barcelone d’avoir créé «un cheval de Troie bancaire».

Le Russe Stanislav Lissov, 32 ans, interpellé le 13 janvier dernier à Barcelone à la demande du FBI américain, aurait créé le « cheval de Troie bancaire » NeverQuest, a annoncé vendredi la Garde civile espagnole.

Stanislav Lissov et d'autres personnes auraient « créé, diffusé et utilisé le logiciel NeverQuest, connu comme "un cheval de Troie bancaire" », lit-on dans un communiqué de la Garde civile.

Ce logiciel permettant à des escrocs de voler des données bancaires confidentielles sur les ordinateurs d'institutions financières et de personnes physiques, a porté un préjudice d'environ 5 millions de dollars (4,7 M EUR), d'après la Garde civile. Stanislav Lissov aurait mis en place un réseau informatique infectés par NeverQuest et géré ses serveurs. L'examen des serveurs infectés situés en France et en Allemagne a permis de découvrir des bases de données sur des comptes bancaires. Un serveur abritait notamment des millions de données confidentielles sur les clients de banques.

La Garde civile considère que M. Lissov est « l'un des plus importants pirates informatiques russes recherchés par les États-Unis » pour « cyberattaques et escroquerie par Internet ». Selon les autorités, Stanislav Lissov faisait l'objet de filatures depuis son arrivée en Catalogne quelques jours plus tôt dans le cadre d'une enquête lancée en 2014.

D'ailleurs, d'après un homme qui a étudié avec lui à l'université, cité par le magazine Life.ru, Stanislav Lissov « ne sait pas programmer », il s'occupe ces derniers temps de la gestion en tant que chef d'une équipe d'informaticiens dans un magasin d'électronique en ligne américain et travaille donc plutôt avec les gens et qu'avec les ordinateurs.

Stanislav Lissov a été interpellé à l'aéroport international El Prat de Barcelone le 13 janvier alors qu'il allait « quitter le territoire espagnol pour se rendre dans un autre pays de l'UE ». Il s'est vu confisquer son téléphone portable, sa tablette et son ordinateur. L'épouse de Stanislav Lissov, Daria Lissova, a antérieurement déclaré à la chaîne de télévision RT que le couple était en vacances au moment de l'interpellation de son mari. Les Lissov étaient arrivés à l'aéroport afin de restituer leur voiture de location, avant de poursuivre leur voyage vers Lyon et rendre visite à leurs amis. 

L'ambassade russe à Madrid reste en contact avec les autorités suite à l'interpellation de Stanislav Lissov. Les diplomates ont envoyé une requête aux organes judiciaires du pays demandant de les informer sur les causes et les circonstances de l'interpellation.

Le Kremlin a aussi réagi à l'interpellation de son ressortissant. Lors d'une conférence de presse, le porte-parole du président russe Dmitri Peskov a indiqué que le ministère russe des Affaires étrangères fournissait une aide juridique aux citoyens russes en Espagne pour que « des accusations non fondées ne soient pas portées » contre les citoyens russes.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Un informaticien russe détenu en Espagne sur demande du FBI
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Vladimir Poutine «a un vrai problème»? Le Kremlin répond à Joe Biden
Tags:
accusations, hackers, cyberattaque, escroquerie, aéroport El Prat de Barcelone, NeverQuest (logiciel), Garde civile espagnole, FBI, Stanislav Lissov, Barcelone, Espagne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook