International
URL courte
3200
S'abonner

Selon le réalisateur serbe mondialement connu Emir Kusturica, la victoire de Donald Trump est le résultat de la défaite des médias mainstream américains qui essaient de duper tout le monde.

Le réalisateur serbe Emir Kusturica se dit attaché à la Russie et l'appelle à regarder d'un œil le monde et, de l'autre, suivre le comportement de sa sœur cadette, la Serbie.

« Je suis protégé par le fait que j'appartiens à un monde juste. Le peuple serbe est peut-être le seul qui a le mot « justice » dans son hymne », a-t-il indiqué à Sputnik, qui lui demandait de confirmer si, comme l'affirment certains médias, il était vraiment sous la protection des services secrets russes.

En ce qui concerne la possibilité de remporter le combat pour la vérité, le réalisateur estime que l'Amérique, et surtout Hollywood, impose « ses larmes, ses meurtres, son agressivité et tout ce qu'il y a de pire là-dedans ». Or, le peuple américain n'est pas comme cela, est-il convaincu.

« Présentement, tout le monde parle de Trump. Je ne suis pas fan de Trump, mais je suis épris de liberté. Mais ils ne lui donnent pas cette liberté car il fait des choses qui clochent. » Selon Kusturica, la victoire de Donald Trump est le symbole de la défaite des médias mainstream.

« L'homme s'est adressé directement aux gens, les gens ont vu dans ce contact direct quelque chose qui leur était proche, et Trump a gagné. »

D'autre part, le président russe Vladimir Poutine est pour le réalisateur un phénomène unique, le seul judoka à s'occuper de politique globale. « Sa lutte pour l'histoire est la chose qui unit la Russie et la Serbie », a indiqué Emir Kusturica.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Kusturica dément le refus de son film à Cannes pour des raisons politiques
Kusturica: pour l'Europe, un antifasciste est un nazi et un nazi est un démocrate
Depardieu et Kusturica dans la liste noire de Kiev
Didier Raoult rejette une étude «foireuse» sur l'inefficacité de l'hydroxychloroquine
Tags:
Vladimir Poutine, Donald Trump, Emir Kusturica, États-Unis, Serbie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook