Ecoutez Radio Sputnik
    La police française

    Un recruteur de Daech mis en examen en France

    © AFP 2018 Thomas Samson
    International
    URL courte
    8160

    Kevin Guiavarch, un djihadiste français qui se présente comme un repenti de Daech, a été mis en examen et écroué le 21 janvier pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et financement du terrorisme.

    Le Breton Kevin Guiavarch, âgé de 24 ans, un recruteur présumé du groupe terroriste État islamique (EI, Daech) parti combattre en Syrie et extradé de Turquie vers la France le 20 janvier, a été mis en examen, a annoncé le Parquet de Paris cité par les médias français.

    Selon la justice, Kevin, qui s'est converti à l'islam à l'âge de 14 ans, aurait agi comme recruteur de jihadistes français. La justice a notamment établi qu'il était à l'origine, via les réseaux sociaux, de la tentative de départ en Syrie d'une mineure originaire de Troyes (Aube) en 2014.

    Kevin Guiavarch, aurait également fait participer sa mère, restée en France, au financement des groupes terroristes. Elle aurait reçu des transferts de fonds de différents pays et les a transmis à une personne en Turquie via l'entreprise de transfert Western Union. En octobre 2014, la mère de Kevin Guiavarch a été mise en examen et placée sous contrôle judiciaire, de même que son compagnon et une jeune femme, d'après les médias.

    Kevin Guiavarch a rejoint le Front Al-Nosra (la branche syrienne d'Al-Qaïda), avant d'intégrer Daech en Syrie fin 2012. Le 23 septembre 2014, le Conseil de sécurité de l'Onu l'a placé sur sa liste noire des combattants les plus dangereux, le Français faisant ainsi l'objet de sanctions internationales et d'interdictions de voyager.

    Quelques années plus tard, le jeune homme a envoyé une lettre aux autorités françaises, dans laquelle il s'est repenti d'avoir rallié les rangs de Daech. L'extrémiste a déclaré qu'il avait dû se tirer une balle dans la jambe pour échapper aux prochaines opérations des terroristes et réussir à s'échapper.

    Kevin a quitté la Syrie en juin 2016 avec ses quatre femmes françaises et six enfants dans le but de rejoindre la France, avant d'être incarcéré en Turquie jusqu'à son extradition vers la France. Ses femmes ont été expulsées de Turquie et mises en examen en France par un juge pour connections avec un groupe terroriste. Elles ont été libérées quelque temps après.

    Environ 700 Français se trouvent actuellement en Irak ou en Syrie aux côtés du groupe État islamique, plus de 200 ont été tués, d'après le ministère français de l'Intérieur et les services de renseignement.

    Selon les services de renseignement, ces derniers temps Daech et d'autres groupes terroristes misent sur les Français pour préparer des attentats en France et dans d'autres pays européens. Ils ont aussi organisé des groupes de kamikazes comprenant notamment des enfants mineurs français.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

     

     

    Lire aussi:

    Fillon sur 2017: «Nous devons être implacables face au totalitarisme islamique»
    Le chef de l’État islamique tente de redonner du courage à ses troupes
    36 cibles de Daech attaquées lors des premières frappes conjointes russo-turques en Syrie
    Tags:
    kamikaze, services secrets, combattant, islam, extradition, terrorisme, recruteur, Al-Qaïda, Front al-Nosra, Conseil de sécurité de l'Onu, Etat islamique, Syrie, Turquie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik