International
URL courte
246
S'abonner

Au moins 560 000 utilisateurs de Twitter ont été abonnés par erreur au compte présidentiel de Donald Trump.

Suite à un défaut de fonctionnement, environ 560 000 internautes ont été abonnés automatiquement au compte Twitter du président américain Donald Trump, POTUS45 (sigle signifiant: President of the United States).

Il est à noter que le même compte avait auparavant appartenu à Barack Obama et portait en l'occurrence le nom POTUS44. Après la fin du mandat de ce dernier, Donald Trump l'a acquis « par héritage ».

À en croire le créateur de Twitter, Jack Dorsy — qui a déjà présenté ses excuses aux internautes concernés —, ce défaut de fonctionnement a également touché les comptes de beaucoup d'autres personnalités, y compris ceux du vice-président des États-Unis et du porte-parole de la Maison Blanche.

« Il s'agit d'un défaut de fonctionnement. Nous l'admettons et présentons nos excuses à toutes les personnes concernées », a expliqué M. Dorsy.

Le 45e président des États-Unis, Donald Trump, attache une grande importance à Twitter. Ce réseau social, a-t-il fait remarquer un jour, lui permet de parler au monde entier sans intermédiaires via son compte personnel. Environ 21 millions d'internautes sont déjà abonnés au compte de Donald Trump baptisé RealDonaldTrump.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

L’investiture de Trump trollée en direct sur BBC fait pleurer de rire la Toile
Les démocrates redoutent un accord entre Trump et la Russie sur l'Ukraine
«Poutine est prêt à rencontrer Trump»
À la Maison Blanche, les Trump feront-ils fi d’une tradition de 100 ans?
Tags:
bug informatique, Twitter, Inc, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook