Ecoutez Radio Sputnik
    Astana dévoile les détails des pourparlers sur la Syrie

    Astana dévoile les détails des pourparlers sur la Syrie

    © Sputnik. Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    Négociations sur la Syrie à Astana (janvier 2017) (26)
    495157521

    À moins de 24 heures du début des pourparlers entre Damas et l’opposition qui se préparent dans la capitale de Kazakhstan, Sputnik fait le point sur la rencontre.

    Il sera 8h à Paris lorsque les délégations de l'opposition et du gouvernement syriens se réuniront à la table de négociations à Astana. Cette rencontre qui pourrait permettre à la Syrie de retrouver la paix et la stabilité et de relancer le dialogue intersyrien démarra lundi et durera deux jours, annonce le site du ministère kazakh des Affaires étrangères.

    Enjeux de la rencontre

    À huis clos, les parties en conflit chercheront à renforcer la fragile trêve en vigueur depuis la fin décembre sous le parrainage de la Russie, qui représente les intérêts de Damas, et de la Turquie, garant de l'opposition. Selon cette dernière, le sort de Bachar el-Assad ne sera pas porté à l'ordre du jour et constitue une question à part.

    Dimanche soir, l'opposition a confirmé son intention d'établir un dialogue direct avec Damas. Dans le cas contraire, les groupes opposés au gouvernement se sont dit prêts à négocier grâce à la médiation d'autres parties.

    « S'il le faut, nous nous mettrons à la table des négociations. Sinon, nous sommes prêts à mener les négociations avec la participation de médiateurs pour obtenir une trêve et mettre fin à l'effusion de sang. Nous sommes prêts à beaucoup de choses pour atteindre ces objectifs », a annoncé un conseiller de l'opposition dans une interview à la chaîne Current Time.

    Qui participera aux pourparlers?

    La délégation de l'opposition est arrivée dans la capitale kazakhe dimanche matin. Elle est composée des représentants de 12 groupes d'opposition. Au total, 27 des 31 groupes ont signé la semaine dernière le document final en vue de former une délégation unique. Parmi eux figurent Ajnad al-Sham, le Front du nord, l'Armée libre d'Idlib, un « gouvernement provisoire » ainsi que les groupes Jaish al-Islam et Fastakim, proches du Front al-Nosra.

    Quatre groupes d'opposition ont pourtant refusé de participer aux pourparlers. Il s'agit notamment d'Ahrar al-Sham, groupe armé proche d'al-Nosra, de Failak al-Sham, du mouvement Bayan et d'Ahl al-Sham.

    La délégation de l'opposition est dirigée par Mohammad Allouche, celle de Damas par l'ambassadeur de Syrie à l'Onu, Bachar Jaafari.

    Parmi d'autres pays qui participeront aux pourparlers figurent l'Iran, la Turquie, la Russie et les États-Unis. Selon certaines sources, la France, la Grande-Bretagne et l'Union européenne auront également une présence officielle. Washington ainsi que Paris et Londres, en cas de la participation de ces derniers, seront représentés par leurs ambassadeurs, Moscou, par le général Stanislav Gadjimagomedov.

    L'attitude de l'Onu

    Les pourparlers se dérouleront en présence de l'émissaire de l'Onu pour la Syrie, Staffan de Mistura. Le responsable onusien a salué dimanche les pourparlers, qu'il a qualifiés de « bonne initiative ».

    « Nous sommes en train de faire un grand travail », a-t-il indiqué à l'issue d'une rencontre avec l'ambassadeur américain au Kazakhstan.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Négociations sur la Syrie à Astana (janvier 2017) (26)

    Lire aussi:

    Député turc: «Les négociations d’Astana, un grand pas en avant»
    Damas prêt à négocier un référendum constitutionnel à Astana
    L’opposition syrienne participera aux négociations d’Astana
    Tags:
    pourparlers, opposition, Astana, Damas, Kazakhstan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik