International
URL courte
Négociations sur la Syrie à Astana (janvier 2017) (26)
8248
S'abonner

Les membres de l’Armée syrienne libre espèrent que les négociations d’Astana ouvriront un nouveau cycle de règlement de la crise syrienne et l’aideront à construire des relations de confiance avec la Russie, a déclaré à Sputnik l’un de ses dirigeants, Faris al-Biush.

L'un des dirigeants de l'Armée syrienne libre (ASL) Faris al-Biush a révélé à Sputnik les objectifs que son groupe veut atteindre lors des négociations sur la Syrie d'Astana.

Depuis le début de la crise syrienne, les partisans de l'ASL sont convaincus que le conflit devait être résolu pacifiquement, mais la situation a forcé les manifestants à prendre les armes pour se protéger, a expliqué M. Faris.

« Quand la Russie est intervenue dans le conflit et a soutenu le régime (du président syrien Bachar el-Assad, ndlr), la Turquie était un médiateur entre nous, nous avons adopté la position de la Russie, parce que les paroles de cette superpuissance se traduisent en actes », a déclaré le dirigeant de l'ASL.

M. Faris a ensuite expliqué les origines de l'Armée. La plupart des militants de l'ASL sont des ex-officiers de l'armée gouvernementale qui s'en sont séparés pour réclamer la liberté et la dignité du peuple.

« Je suis passé du côté de mon peuple, je ne suis pas resté aux côtés du régime ou du gouvernement. Notre lutte contre le régime n'a pas de base idéologique et religieuse, c'est un affrontement entre les opprimés et les oppresseurs. Ceci est prouvé par le fait que des gens de différents points de vue et croyances nous ont rejoints. Je suis convaincu que tous les Syriens peuvent vivre en paix, indépendamment de la nationalité, de la religion ou des croyances », a-t-il souligné.

Selon lui, depuis le début de la crise syrienne, l'ASL n'a tué aucun civil et n'a utilisé personne comme bouclier humain. L'homme a déclaré que l'Armée luttait contre Daech avant même que l'organisation n'ait été reconnue comme terroriste.

« Nous croyons que les négociations d'Astana sont l'une des étapes vers une solution pacifique. Nous faisons confiance à certains États qui soutiennent ce processus. Nous entendons construire une relation de confiance avec la Russie sur cette question. Nous regardons de façon favorable le soutien que la Russie accorde au régime. Mais cela ne durera pas longtemps si aucune décision n'est prise. »

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Dossier:
Négociations sur la Syrie à Astana (janvier 2017) (26)

Lire aussi:

Pourparlers d’Astana: le militaire et l’humanitaire à l’ordre du jour de l’opposition
Bagarre entre journalistes arabes en marge de la rencontre d’Astana
L’opposition syrienne prête à jouer les prolongations à Astana
Alep : l’appel en faveur de la vérité et de la paix d’un humanitaire français (Vidéo)
Tags:
conflit, interview, Armée syrienne libre (ASL), Astana, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook