International
URL courte
14372
S'abonner

Faute de consensus, l’Otan ne souhaiterait pas d’une adhésion de l’Ukraine, mais voudrait simplement continuer à coopérer sans engagement réciproque : c’est ce que révèle une source militaire citée par le quotidien russe Izvestia. Analyse avec Xavier Moreau, spécialiste des questions ukrainiennes.

Les pays-membres de l'Otan sont divisés quant à une éventuelle adhésion de l'Ukraine à l'alliance atlantique. Résultat: aucune procédure d'adhésion n'est en cours entre Kiev et Bruxelles. De son côté, Petro Porochenko, le président ukrainien, se félicite d'un niveau de coopération qu'il qualifie de « sans précédent » avec les États-membres de l'Alliance. Un optimisme à mettre en perspective: pour Kiev, l'adhésion à l'Otan reste, d'après les mots de Porochenko, « un objectif stratégique ».

​Pourquoi cette frilosité de l'Otan sur une éventuelle adhésion ukrainienne, et quelles sont les divisions au sein de l'Alliance sur cette question? Pour Xavier Moreau, spécialiste des questions ukrainiennes et fondateur du site d'analyse géostratégique Stratpol, ce n'est pas quelque chose de nouveau:

« Cela fait très longtemps qu'il y a des divisions [à ce sujet au sein de l'Otan, ndlr]. On se souvient très bien notamment que c'étaient des choses dont il était déjà question en 2004 au moment de la première révolution Orange: l'Allemagne et la France ne voulaient pas de l'Ukraine à l'intérieur de l'Otan et c'est aujourd'hui toujours le cas. Une fois de plus, on assiste au mensonge de Maïdan, puisqu'il n'a jamais été question d'intégrer l'Ukraine ni dans l'Union européenne ni dans l'Otan. »

Au moment où Donald Trump entre en fonction et qu'il annonce vouloir limiter l'engagement américain dans l'Alliance Atlantique, celle-ci ne veut pas, selon Xavier Moreau, aller s'embourber dans le conflit du Donbass:

« Il est évident qu'[à cause du Donbass], personne n'acceptera jamais l'Ukraine au sein de l'Otan. C'est exactement le sens de la démarche du premier président ukrainien, Léonid Kravtchouk, qui a dit qu'aujourd'hui il valait mieux abandonner la Crimée et le Donbass autonome de la DNR et de la LNR, parce que ça permettra à l'Ukraine de rentrer dans l'Otan.

Vous vous rendez bien compte que tant qu'il y a un différend territorial, on ne peut pas entrer dans une alliance: lorsque vous rentrez dans une alliance, vous entrez avec un territoire défini. Et le problème est exactement le même pour la Géorgie: le seul moyen pour la Géorgie de rentrer dans l'Otan, ce serait de renoncer définitivement à l'Abkhazie et à l'Ossétie du Sud. L'Ukraine a aujourd'hui le maximum de ce qu'elle a pu obtenir, c'est-à-dire une aide militaire de la part des membres de l'Otan, en première ligne le Canada et les États-Unis, mais malheureusement aussi la France, l'Allemagne et la Pologne. C'est tout ce que l'Ukraine aura et de toute manière, aujourd'hui, plus personne n'a envie de payer, surtout pas pour faire la guerre en Ukraine. »

Brouillée avec la Russie et en attente d'un rapprochement avec l'Otan et l'UE qui tarde à se manifester, l'Ukraine semble prise dans ses contradictions. Pour Xavier Moreau, elle n'est pas loin de l'éclatement:

« La première préoccupation de l'Ukraine, c'est de se sauver en tant qu'État, ce qui est loin d'être gagné. Aujourd'hui, la partition d'une Ukraine en trois parties (l'Ukraine centrale, l'Ukraine de l'Ouest et ce qu'on appelle la Nouvelle Russie, c'est-à-dire d'Odessa jusqu'à Kharkov) est quelque chose d'assez possible. Donc, le souci principal de l'Ukraine, ça doit être de sauver ce qui reste à sauver et ça ne se fera pas dans le cadre d'une alliance militaire avec qui que ce soit. »

Lire aussi:

La Moldavie insiste sur la reconnaissance de sa neutralité par l’Otan
Kiev autorise la présence de militaires étrangers sur son sol
La menace réelle que devrait cibler l'Otan est le terrorisme islamiste, selon Trump
Dissoudre l'Otan et s'allier avec la Russie: la chef de Die Linke avance une stratégie
Tags:
OTAN, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook