Ecoutez Radio Sputnik
    Edward Snowden

    Qu’y a-t-il derrière le vif intérêt de Snowden pour les primaires en France?

    © Flickr / thierry ehrmann
    International
    URL courte
    36344

    L’ex-agent des services spéciaux américains Edward Snowden suit de près la course électorale en France. Ayant vécu pendant des années dans un univers francophone, puis invité, en 2015, à résider dans l’Hexagone, ne nourrirait-il pas des plans de déménagement sur le Vieux Continent?

    Résidant actuellement en Russie, la vie politique française ne laisse pas indifférent Edward Snowden. Les débats télévisés des candidats à la primaire du Parti socialiste (PS) ont bien attiré l'attention du lanceur d'alerte. Sur sa page Twitter, des retweets mentionnant Benoît Hamon et Manuel Valls ont rendu perplexes certains des internautes, mais n'a pas mis l'intéressé dans l'embarras.

    Mais le plus curieux ce n'est pas son intérêt pour la primaire et le fait qu'il soutienne Benoît Hamon, mais plutôt les dessous de cet engouement. Snowden a demandé l'asile à la France en 2013, mais en vain. Manuel Valls, alors ministre de l'Intérieur, a pourtant affirmé ne pas avoir reçu de demande d'asile de sa part, alors que le site Wikileaks affirme le contraire. M. Valls a alors déclaré qu'il ne « serait pas favorable » à l'idée, mais que « si cette demande est faite, elle sera toutefois examinée ».

    Entre-temps, une pétition a été lancée durant l'été 2014 par des personnalités publiques françaises appelant François Hollande à accorder le statut de réfugié politique au lanceur d'alerte. Le document a recueilli plus de 170 000 signatures.

    « Nous, intellectuels, philosophes, chercheurs, essayistes, journalistes, mais avant tout citoyens engagés, demandons à François Hollande, président de la République, à Manuel Valls, Premier ministre, et à Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, de l'accueillir, sans tarder, sous le statut de réfugié politique en France, pays des droits de l'Homme et de la liberté de la presse », avaient-ils écrit dans cette pétition.

    Un an plus tard, toutefois, la proposition d'offrir l'asile au lanceur d'alerte à circuler dans les cercles politiques français suite à la révélation des écoutes des conversations téléphoniques de plusieurs présidents de la République (Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande) par le renseignement américain.

    Le député européen et militant écologiste Yannik Jadot a de son côté exhorté à « délivrer un passeport à Edward Snowden pour qu'il puisse être auditionné par une commission d'enquête parlementaire », espérant que l'ancien agent de la NSA pourrait discuter avec les députés français du mode de travail des services spéciaux américains. L'eurodéputé a d'ailleurs défendu Snowden en estimant que ce dernier « ne doit pas être gracié, mais récompensé ».

    Bien que la rhétorique de défense du lanceur d'alerte n'ait pas entraîné de résultats décisifs à l'époque, une certaine alchimie semble lier Snowden et la France.

    Dimanche dernier, Benoît Hamon (36,21 %) et Manuel Valls (31,19 %), ont accédé au second tour de la primaire de la gauche en France, selon les résultats partiels du dépouillement des votes. L'ancien agent des services spéciaux américains s'est visiblement rangé du côté de M. Hamon et les commentaires des internautes français à ce propos ne se sont pas fait atteindre : il y a là de l'ironie, de l'appréciation, des invitations à poser des questions aux candidats.

    Tandis que certains ont été étonnés par le fait que Snowden suive les débats, d'autres ont été pris de court par sa connaissance de la langue de Molière.

    Sa perspective de déménagement en France n'a non plus été passée sous silence.

    En 2013, Edward Snowden a remis aux journaux Washington Post et Guardian des dossiers secrets concernant le programme d'espionnage en ligne réalisé par les services secrets américains et britanniques. Parti pour Hong Kong puis pour Moscou, le lanceur d'alerte a obtenu l'asile temporaire en Russie à condition d'arrêter ses activités antiaméricaines. Le 1er août 2014, il a obtenu un permis de séjour de trois ans qui lui permet de séjourner en Russie et de voyager à l'étranger.

    Récemment, Moscou a décidé de proroger la durée du titre de séjour de Snowden qui pourra rester en Russie jusqu'en 2020.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    La majorité des Russes hostiles à l'extradition de Snowden vers les États-Unis
    L'ambassade US en Russie propose d’emballer Snowden avec un nœud et de l'envoyer aux USA
    Un million de signatures pour appeler à gracier Snowden
    «Délire absurde», Snowden dément tout lien avec les services secrets russes
    Tags:
    primaire, demande d'asile, campagne électorale, asile, réseaux sociaux, Parti socialiste français (PS), Agence nationale de sécurité américaine (NSA), Benoît Hamon, Edward Snowden, Manuel Valls, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik