Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    Traite des êtres humains en Syrie: 1.500 cas recensés en 2016

    © Flickr/ The Advocacy Project
    International
    URL courte
    229

    Au cours de 2016, le ministère syrien de l’Intérieur a recensé 1.500 cas de traite d’êtres humains. Derrière ces crimes, dont les principales victimes sont des femmes, se cachent principalement des agents de réseaux criminels internationaux ou des Syriens que ces derniers ont recrutés. Le trafic d'organes est une autre face de ce problème.

    La Syrie est devenue un pays « fournisseur d’esclaves »: des milliers de cas de traite d’êtres humains ont été enregistrés au cours des trois dernières années, a constaté l’assistant du ministre de l’Intérieur de ce pays proche-oriental, Hassan Maarouf.

    Dans le cadre de la lutte contre ce phénomène, il est nécessaire de mettre en place un programme de réduction des victimes et de mettre sur les rails une coopération internationale. Le département spécial auprès du ministère de l’Intérieur tente depuis longtemps de coordonner son travail avec leurs collègues turcs et jordaniens, dont le laxisme ne fait que jouer la carte de cette activité criminelle, mais en vain, a expliqué le responsable syrien.

    Ce sont les femmes et les enfants des camps de réfugiés turcs, jordaniens, libanais et même égyptiens qui ont été les premières victimes de ce fléau, indique la source, citée par le journal Al-Watan. Qui plus est, on leur propose ouvertement de vendre leurs organes, est-il indiqué.

    Trafic d'organes

    Comme l’a estimé dans son commentaire à Sputnik Nizar al-Sakif, chef de l’union des avocats du pays, le commerce illicite d’organes humains était florissant dans les régions du nord de la Syrie, en particulier à Alep. Selon ses dires, des mafias entières spécialisées dans ce domaine sévissent toujours près de la frontière avec la Turquie.

    Actuellement, l’union des avocats prépare des documents pour s’adresser à la Cour pénale internationale au sujet de la traite des êtres humains en Syrie.
    Le rapport récemment publié par le centre de recherche Midad révèle que la traite des êtres humains constitue une des 15 sources de financement de Daech en Syrie et en Irak.

    Un coup de filet mené par le département de la lutte contre la traite des êtres humains a permis d’arrêter des membres d’une bande opérant à Damas. Dans des appartements loués, ils gardaient prisonnières des jeunes femmes qu’ils revendaient à des bordels étrangers. Ayant perdu tous leurs proches, certaines victimes s’étaient présentées d’elles-mêmes par crainte de mourir de faim.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    3 000 «esclaves sexuelles» toujours aux mains de Daech
    Cette Argentine cherche depuis 14 ans à sauver sa fille de l’esclavage sexuel
    Emploi ou esclavage: le job pour migrant à 80 centimes fait débat en Allemagne?
    Esclavage moderne en France: une dure réalité ignorée
    Tags:
    traite des êtres humains, esclavage sexuel, esclavage, trafic d'organes, Alep, Jordanie, Turquie, Egypte, Liban, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik