International
URL courte
1074033
S'abonner

Quelques heures seulement avant de quitter la Maison Blanche, l'administration du président Barack Obama a transféré 221 millions de dollars à l'Autorité palestinienne pour « apporter une aide humanitaire dans la bande de Gaza et en Cisjordanie ». Le transfert a été gelé par la nouvelle administration américaine.

L'administration de Donald Trump a informé l'Autorité palestinienne que les fonds transférés ne seraient pas disponibles dans l'immédiat et que le transfert serait examiné, communique Times of Israel se référant à une source palestinienne haut placée.

«   Les responsables américains ont informé le premier ministre de l'Autorité palestinienne Rami Hamdallah que les fonds ne pouvaient pas être transférés dans l'immédiat   », a communiqué la source sous couvert d'anonymat.

Selon ses données, l'information a été transmise à l'Autorité palestinienne le 24 janvier.

Le parti républicain avait tenté d'empêcher cette transaction, mais l'administration démocrate sortante a finalement notifié officiellement le congrès de son intention d'effectuer le transfert dans la matinée du 20 janvier   — jour de l'investiture de   Donald Trump.   

De plus, l'administration   Obama   a accordé six millions de dollars, dont quatre pour le programme de lutte contre les changements climatiques et 1,25 million de dollars à différentes organisations humanitaires travaillant sous l'égide de l'Onu.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

 

Lire aussi:

La Palestine ne reconnaîtra plus Israël si Trump transfère l'ambassade US à Jérusalem
Trump commence à liquider l'héritage de l'époque Obama
«Goodbye, le président de la guerre»: à Athènes, ils disent adieu à Barack Obama
Tags:
transfert, Autorité palestinienne, Barack Obama, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook