International
URL courte
Par
381522
S'abonner

Les relations se réchauffent dans le domaine militaire entre la France et la Pologne autour d’un accord d’armement. Intention purement commercial ou renforcement du dispositif de l’OTAN, initié à Varsovie moins d’un an plus tôt ?

La flotte polonaise s'offre un coup de neuf grâce au savoir-faire français. Pour la première fois, les société française et polonaise DCNS et PGZ ont signé un accord de partenariat dans le domaine naval. Cité par l'AFP, le groupe naval militaire français a déclaré « avoir signé un accord de partenariat purement industriel. Il fixe le cadre des discussions pour voir comment coopérer dans le domaine des programmes navals polonais, sous-marins et corvettes ». 

Une aubaine pour « l'exportation et la mise en valeur des capacité industrielles de la France qui sont très poussées », nous confie un général. Un moyen de renouer avec le fugace partenaire polonais, après que les conservateurs du parti Droit et Justice (PiS), au pouvoir depuis octobre 2015, aient mis un « vent » à Airbus et son contrat d'hélicoptères. Christian Vallar, professeur de Droit à l'Université de Nice et Membre du Conseil d'administration, Association française du droit de la sécurité et de la défense, nous explique:
Indéniablement, c'est une amélioration des relations. C'était une annulation des hélicoptères Caracal d'un montant de plus de 3 milliard d'€. Ce qui a représenté un choc commercial considérable. On avait eu des problèmes aussi pour la vente de trois sous-marins Scorpène par la DCNS. Jusque-là, les relations se sont remarquablement réchauffées.

La semaine dernière, le ministre polonais de la défense, Antoni Macierewicz, par ailleurs vice-président du PiS, a annoncé les grandes lignes de son programme d'armement. D'ici à 2022, la Pologne prévoit d'allouer une enveloppe de 14 milliards d'euros dans du matériel militaire, dont ces trois sous-marins, mais pas uniquement: système de défense anti-aérienne, hélicoptères, et probablement un « nombre important » d'avions F-16. Avec un tel budget, la Pologne est-elle puissance militaire européenne en (re-)devenir?

C'est indéniablement beaucoup. Surtout que la Pologne est un des rares qui consacre 2% de son PIB à son budget de défense. Ce qui rentre dans les objectifs de l'OTAN. C'est beaucoup par rapport à d'autres pays européens, pas par rapport à l'objectif Alliance Atlantique. Il faudrait voir avec l'armée britannique mais à peu de choses près c'est en tout cas une des armées les plus importantes d'Europe.

La politique de l'Otan en Europe a changé depuis le rattachement de la Crimée à la Russie. En juillet dernier, les 28 pays de l'OTAN se réunissaient à Varsovie pour renforcer le flanc oriental de l'Alliance, réaffirmer leur cohésion et faire face aux craintes suscitées par le voisin russe. Dans le cadre de l'opération "Atlantic Resolve", quelque 4000 soldats américains, accompagnés de chars, d'artillerie et de véhicules blindés, sont arrivés en Pologne. Un des plus importants déploiements depuis la fin de la guerre froide. Par l'achat de ces sous-marins Varsovie compte « sécuriser la partie polonaise de la baltique ».

« Je dirai que c'est double. Il y a la perspective effectivement de 14 milliard d'euros, dont les trois sous-marins, il faudra préciser lesquels, mais aussi des navires, patrouilleurs, dragueur de mines. Donc c'est un accord global. On peut y avoir deux choses, pourquoi pas un renforcement de la position est de l'OTAN, peut-être. Mais ce n'est pas ainsi que c'est présenté puisque le contrat est passé entre deux sociétés, pas les états eux-mêmes. J'y vois plutôt un aspect vente de matériel commercial, car l'année dernière, la France n'a jamais vendu autant de matériel militaire, à hauteur de 20 milliards d'euros ».

Le ministre polonais de la défense ne cache pas sa défiance vis-à-vis des russes: « Il faut leur dire: Assez! Poutine est un leader rationnel mais très agressif qui veut recréer son empire ». Certes, le programme militaire polonais représente peu face au bouclier anti-missile développé en Europe (notamment sur son territoire), promu par les États-Unis et mal vu par la Russie. Tous pays améliore ces capacités de défense ou du moins, les remets au gout du jour. Reste à savoir, du côté polonais, quels sont les intérêts politico-stratégiques.

Lire aussi:

Pologne: découverte d’une capsule de propagande nazie pour les générations futures
En Pologne, la propagande antirusse mène le pays droit dans le mur
La Pologne prône le renforcement des parlements européens
Moscou indigné par la profanation des tombes soviétiques en Pologne
Tags:
accord, armements, Pologne, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook