International
URL courte
22173
S'abonner

«Je n’aimais pas trop Assad, mais je jugeais nécessaire de lui montrer des voie de coopération avec l’Occident»: avant de quitter son poste, le ministre allemand des Affaires étrangères ne s’est pas gêné pour critiquer vertement les autorités occidentales.

L’histoire du conflit syrien est une «chronique d’opportunités manquées» et la preuve de l’incompétence de l’Occident, a déclaré dans une interview à Süddeutsche Zeitung le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, qui doit quitter son poste vendredi.

Selon lui, plutôt que de coopérer avec le président syrien Bachar el-Assad, les Américains et les Français s’efforçaient de peindre les autorités syriennes comme « une partie de l’axe du mal ».

« Je n’aimais pas trop Assad, mais je jugeais nécessaire de lui montrer des voie de coopération avec l’Occident. Néanmoins, Washington et Paris ont préféré le présenter comme une partie de l’axe du mal. Concernant la Russie, même si sa participation a renforcé Assad, elle n’a pas permis de résoudre le conflit », a souligné M. Steinmeier.

Le ministre sortant semble ne pas avoir suivi l’évolution de la situation en Syrie, qui a changé considérablement depuis les mesures introduites par le trio pacificateur Russie-Turquie-Iran dans ce pays arabe, y compris le cessez-le-feu.

Frank-Walter Steinmeier, qui sera probablement désigné futur président allemand, a également évoqué la situation aux États-Unis.

« Je n’ai jamais vu d’élections similaires à celles qui se sont déroulées aux États-Unis l’an dernier », a indiqué le ministre.

Selon lui, il a été « surpris par le peu de connaissance du président Trump à propos du libre-échange global ».

« Je ne pouvais pas imaginer que les présidents français et chinois devaient expliquer à leur homologue américain les avantages du monde ouvert et de la liberté du commerce mondial », a indiqué l’homme politique.

Néanmoins, la politique de libre-échange, avec ses soi-disant avantages, est souvent critiquée au sein de l’Europe-même, par exemple dans le contexte du traité de libre-échange transatlantique (Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement ou TTIP). Selon ses détracteurs, le TTIP pourrait augmenter le pouvoir des entreprises face aux États, aggraver la situation des agriculteurs locaux et compliquer la régulation des marchés.

De plus, concernant les critiques concernant le manque d’expérience de Trump, il ne fait que commencer sa carrière politique, alors que son expérience comme homme d’affaires prouve qu’il est capable d’apprendre rapidement.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Allemagne: Steinmeier ferait-il un bon président?
Frank-Walter Steinmeier futur président allemand? Merkel ne le veut pas
Steinmeier serait-il le futur président allemand?
Un mariage blanc vire au mariage forcé: souhaitant être naturalisé, un Algérien est jugé pour le viol de sa «fiancée»
Tags:
opportunités manquées, incompétence, ministère allemand des Affaires étrangères, Süddeutsche Zeitung, Frank-Walter Steinmeier, Syrie, France, Allemagne, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook