International
URL courte
6361
S'abonner

Sur fond de changements politiques sur l'échiquier international, le candidat à la présidentielle serbe Aleksandar Popovic espère lui-aussi changer les choses. Selon lui, la Serbie doit coopérer avec tous les pays, mais uniquement selon ses intérêts, qui coïncident notamment avec ceux des pays du BRICS.

Alors que l'élection présidentielle serbe approche (elle aura lieu au printemps), Sputnik a demandé son avis sur l'ambiance actuelle dans son pays au candidat du Parti démocrate de Serbie, l'ancien ministre de l'Énergie et de l'Industrie extractive (2007-2008), Aleksandar Popovic.

Pour lui, la Serbie se trouve prise entre deux parties. D'une côté, le président russe Vladimir Poutine considère la Serbie comme un partenaire équitable et accepte son souhait d'être un pays libre. De l'autre, les pays de l'UE et les États-Unis qui ont largué des bombes sur le pays ne prennent pas au sérieux la constitution serbe et croient qu'il y a deux États sur son territoire.

Pour sa part, il propose à la nouvelle génération de citoyens une « Serbie libre » où le gouvernement pourra prendre ses propres décisions sans devoir les modifier en fonction des souhaits de l'UE. Tristement, « la Serbie est actuellement dans l'état d'un pays semi-colonial » : par exemple, on licencie les gens pour des allusions aux événements du passé liés au fascisme, on parle souvent de l'antifascisme, mais dans le même temps, il reste toujours un monument en la mémoire d'Aćif Hadžiahmetović, un homme qui a été condamné pour ses crimes contre le peuple serbe.

Quand on lui demande de préciser son programme, M. Popovic énumère les problèmes qui se posent à l'heure actuelle en Serbie :

« Il nous faut des médecins dans les villages, Internet, nous devons nous occuper des questions d'instruction, de science », estime le candidat. « Quant à l'exportation, la Serbie peut parvenir à des résultats sans gros investissements, on a besoin tout simplement d'une bonne organisation. Je mettrai en place un conseil de personnes expérimentées qui pourront s'employer à améliorer la situation en l'espèce ».

Dans le contexte des changements récents, où les députés européens sont préoccupés par le sort de l'UE, la Serbie sera plutôt fidèle à une politique de neutralité.

« Il n'y aura aucune alliance avec ceux qui veulent régner politiquement sur Belgrade. Cela concerne tant Bruxelles que Moscou, Pékin ou New-Delhi, il n'y aura aucune exception. Nous devons adopter l'expérience positive d'autres pays, y compris de l'UE », poursuit M. Popovic.

« La Serbie doit coopérer avec tous, mais juste dans le cadre de ses intérêts », insiste-t-il. « C'est la vérité que le président russe Vladimir Poutine nous considère comme égaux et accepte notre souhait d'être un pays libre. D'un autre côté, l'UE et les États-Unis, qui ont largué des bombes sur le pays, ne respectent pas notre constitution (qui stipule que le Kosovo-et-Métochie est une partie intégrale de la Serbie, ndlr) et croient qu'il y a deux États sur notre territoire. Ainsi, nos intérêts coïncident essentiellement avec les intérêts des pays du BRICS », résume-t-il.

Finalement, face à la situation difficile au Kosovo, où les Serbes quittent toujours leurs maisons, alors que les négociations sur la normalisation des relations, menées sous l'égide de l'UE, sont dans l'impasse, le candidat constate qu'il faut parler avec les membres du Conseil de sécurité de l'Onu, du fait qu'on leur tourne apparemment le dos.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

La Serbie réclame l’extradition de l’ex-premier ministre kosovar
La Russie a transmis à la Serbie son «arme climatique»
La Russie offrira des chars, des chasseurs et des blindés à la Serbie
Une Criméenne crée un film de sable sur l'histoire héroïque de la Serbie
Tags:
candidats, programme, élection présidentielle, Union européenne (UE), Kosovo, Serbie, Europe, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook