Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de Syrie

    Souveraine et indivisible: la Russie propose un projet de constitution pour la Syrie

    © Sputnik. Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    Négociations sur la Syrie à Astana (janvier 2017) (26)
    174137424

    C’est au peuple syrien de former sa nouvelle constitution, et le projet proposé par la Russie n’est qu’un repère, a déclaré le chef adjoint de la Direction générale des Forces armées de la Fédération de Russie Stanislav Gadjimagomedov qui a participé aux négociations sur la Syrie à Astana.

    Moscou a proposé son projet de constitution syrienne et l'a transmis aux groupes d'opposition qui ont participé aux négociations à Astana et à l'envoyé spécial de l'Onu sur la question syrienne Staffan de Mistura.

    D'après Stanislav Gadjimagomedov, le projet est censé assurer la souveraineté de la Syrie en tenant compte des intérêts des citoyens de tous bords politiques.

    Il a également fait savoir que la Russie espérait que le projet « deviendrait un facteur d'intégration pour tous les participants du processus de négociation et accélérerait le règlement politique ».

    Il a également déclaré que, selon le projet russe de constitution, la Syrie de changera pas de forme de structure étatique et introduira un statut d'autonomie pour chaque région. Ce point concerne la soi-disant Fédération kurde de la Syrie du nord, contre laquelle se prononce la Turquie.

    « Le projet de constitution syrienne prévoit que le territoire syrien sera unifié, intouchable et indivisible. Le nombre d'unités administratives, leur ordre et statuts seront définis par des lois distinctes selon la volonté du peuple syrien. La question de l'attribution de l'autonomie à n'importe quelle unité administrative, y compris à celle peuplée par les Kurdes, doit être résolue par le peuple syrien dans son intégralité ».

    Ayant qualifié le projet russe de « repère », Stanislav Gadjimagomedov a souligné :

    « Bien entendu, c'est le peuple syrien qui doit former sa constitution et elle doit comprendre les propositions et du pouvoir, et de l'opposition. »

    Auparavant, les représentants des groupes kurdes de Syrie ont refusé de prendre part aux négociations à Astana et ont déclaré qu'ils ne suivraient pas les décisions prises au cours des négociations.

    Les négociations, appelées à permettre à la Syrie de retrouver la paix et la stabilité et de relancer enfin un dialogue qui associe tous les Syriens, ont eu lieu à Astana la semaine passée, au Kazakhstan, avec la participation des délégations russe, iranienne, turque et en présence de l'ambassadeur américain et de l'émissaire des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Négociations sur la Syrie à Astana (janvier 2017) (26)

    Lire aussi:

    Astana, nouveau centre mondial de résolution des crises?
    L’opposition syrienne prête à jouer les prolongations à Astana
    Coup d’envoi des pourparlers sur la Syrie d’Astana
    Astana dévoile les détails des pourparlers sur la Syrie

    Lire aussi:

    Astana, Munich, Genève: le rôle russe dans le règlement syrien apprécié
    De Mistura: les Kurdes doivent participer à la rédaction de la Constitution syrienne
    L’opposition syrienne participera aux négociations d’Astana
    La délégation de l'Armée syrienne libre va participer aux négociations à Astana
    Damas annonce le début de «véritables» négociations sur la Syrie
    Tags:
    constitution, Kazakhstan, Astana, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik