Ecoutez Radio Sputnik
    Cybercrime

    Le site de l’agence serbe Tanjug hacké deux fois en une journée par les Kosovars

    © Flickr/ Data Breach
    International
    URL courte
    101525221

    Rien ne va plus entre Belgrade et Pristina depuis le blocage à la frontière par les Kosovars d'un train parti de Belgrade qui était peint aux couleurs du drapeau serbe et sur lequel était inscrit «le Kosovo est serbe».

    Les Albanais kosovars ont hacké dimanche à deux reprises le site de l'agence d'information serbe Tanjug qui n'est toujours pas accessible, annonce la presse locale.

    La première cyberattaque a eu lieu dans la matinée avec l'apparition du drapeau de l'Armée de libération du Kosovo (UCK) sur la page principale du site avec l'inscription : « Le Kosovo, c'est l'Albanie ». Qui plus est, les pirates informatiques ont laissé leur signature, rootx_kosovo.

    Plus tard, les collaborateurs de l'agence ont réussi à rétablir le fonctionnement du site et même à publier l'information sur l'incident, mais peu après, la page officielle de Tanjug a été à nouveau hackée et les hackers ont même proposé de suivre leurs manipulations sur Twitter.

    Le ton est monté d'un cran mi-janvier entre la Serbie et le Kosovo suite au blocage à la frontière d'un train parti de Belgrade par des Kosovars. Le train était peint aux couleurs du drapeau serbe et sur lequel était inscrit « le Kosovo est serbe ». Les Albanais ont alors menacé de faire appel à leurs unités spéciales afin de bloquer ce « train de la discorde ».

    À l'époque, le président serbe Tomislav Nikolic avait déclaré qu'il « allait défendre personnellement, l'arme à la main, les Serbes dans le nord du Kosovo en cas d'agression ».

    Le convoi en question aurait dû relier Belgrade et le nord du Kosovo, la Serbie souhaitant remettre en fonction, 18 ans après le conflit au Kosovo, la ligne reliant la capitale serbe à Kosovska Mitrovica (nord du Kosovo). Il s'agissait, selon Belgrade, de répondre aux besoins des habitants du nord du Kosovo, où les Serbes sont toujours majoritaires.

    Irritées par le fait que le convoi était peint aux couleurs du drapeau serbe et décoré à l'intérieur de répliques d'icônes des monastères orthodoxes serbes du Kosovo, les autorités de Pristina s'y sont formellement opposées, y voyant une « sérieuse provocation ».

    Le président kosovar Hashim Thaçi a ordonné de prendre les mesures nécessaires pour arrêter ce train qui menaçait, selon lui, la « souveraineté du Kosovo ».

    En 2008, les autorités albanaises du Kosovo ont proclamé leur indépendance. Belgrade a perdu le contrôle sur sa province autonome du sud en 1999 lorsque les forces de l'Otan sont intervenues dans le conflit du Kosovo aux côtés des Albanais et ont commencé à bombarder la République fédérale de Yougoslavie.

    Néanmoins, des dizaines de milliers de Serbes habitent dans des enclaves ainsi que dans la partie nord du Kosovo qui touche la Serbie.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Belgrade enverra ses troupes au Kosovo en cas de danger pour les Serbes
    L’Albanie et le Kosovo se réuniront-ils?
    Levée des visas avec le Kosovo: un risque d'attentat accru pour l'Europe?
    Tags:
    cyberattaque, hackers, train, UCK, agence d'information Tanjug, Hashim Thaçi, Tomislav Nikolic, Pristina, Belgrade, Kosovo, Serbie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik