Ecoutez Radio Sputnik
    Boris Johnson

    Boris Johnson appelle à ne pas diaboliser Donald Trump

    © AFP 2019 Oli Scarff
    International
    URL courte
    Réactions au décret antiterroriste de Donald Trump (23)
    11222
    S'abonner

    Le chef de la diplomatie britannique s'est montré hostile aux invectives visant le dirigeant US sur fond de décret restreignant l'accueil de migrants aux États-Unis.

    Bien que Boris Johnson ait reconnu devant le parlement que la politique conduite par le nouveau locataire de la Maison Blanche était « extrêmement controversée », il a souligné l'« importance vitale » de l'alliance entre Londres et Washington.

    Donald Trump a reçu des mains de la première ministre britannique, Theresa May, lors de sa visite aux États-Unis la semaine dernière, une invitation officielle pour une visite d'État au Royaume-Uni. Par la suite, une pétition a été lancée sur le site du parlement britannique demandant l'annulation de la future visite du dirigeant américain.

    Depuis lors, la pétition a ressemblé plus de 1,4 million de signatures. Il s'agit d'ores et déjà de la deuxième pétition la plus populaire de tous les temps, après celle réclamant un nouveau référendum sur le Brexit, signée par plus de quatre millions de personnes.

    Selon le site, toute pétition doit faire l'objet d'un débat au parlement si elle a dépassé le seuil des 100 000 signatures. Toutefois, Downing Street s'est déjà opposé à cet appel, selon la BBC. Le bureau de la première ministre aurait expliqué que l'invitation avait été acceptée et la retirer « déferait tout » le dialogue engagé entre Mme May et M. Trump.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Réactions au décret antiterroriste de Donald Trump (23)

    Lire aussi:

    Londres réfléchit aux moyens de dompter Trump
    Londres compte dissuader Trump de coopérer avec la Russie
    Brexit: pas d’impact sur les relations Londres-Washington, promet Trump
    Tags:
    relations, visite, immigration, Boris Johnson, Donald Trump, Royaume-Uni, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik