Ecoutez Radio Sputnik
    Débris du vol MH17

    MH17: de graves lacunes dans le travail du groupe d’enquête

    © Sputnik. Andrei Stenin
    International
    URL courte
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (281)
    20839221

    Les enquêteurs chargés d’établir les causes du crash d’un Boeing 777 se fondent sur des informations douteuses et font preuve de partialité, selon un expert néerlandais.

    La commission d'enquête sur la catastrophe du vol MH17 Amsterdam — Kuala Lumpur survenue en 2014 en Ukraine est pétrie d'idées préconçues et se base sur des informations douteuses, a déclaré à Sputnik le docteur Laszlo Maracz, maître assistant à l'Université d'Amsterdam.

    Les spécialistes néerlandais chargés d'enquêter sur le crash du vol MH17 de Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine, survenu en juillet 2014, affirment en effet ne pas parvenir à décrypter les données radar présentées par la Russie il y a plusieurs mois, données qui pourraient permettre de faire la lumière sur la tragédie.

    « Le décryptage de ces données traîne en longueur pour une raison inconnue, et je pense que le hic est dans la thèse avancée dès le début par la commission d'enquête conjointe, à savoir que l'avion a été abattu par les insurgés », a-t-il indiqué.

    Selon l'expert, les enquêteurs ont déterminé d'avance la version qu'ils souhaitent mettre en avant et rejettent toute information susceptible d'infirmer leur hypothèse.

    Les reproches de parti pris et de partialité adressés souvent aux enquêteurs sont dans une certaine mesure justifiés, concède M. Maracz. Par exemple, l'Ukraine fait partie de la commission, la majorité des données analysées a été présentée par les Ukrainiens, mais de nombreuses questions restent sans réponse. Par exemple, pourquoi l‘espace aérien situé au-dessus de la zone du conflit armé n'avait-il pas été fermé aux vols civils?

    Qui plus est, les méthodes des enquêteurs laissent à désirer: une grande partie des informations qu'ils analysent provient d'Internet, alors que ce n'est pas une source particulièrement fiable, rappelle l'expert. Il est imprudent de faire confiance aux images postées sur le Net, dont la date est impossible à préciser et qui ne permettent donc pas de tirer de conclusions.

    Sur les lieux du crash, des journalistes trouvent toujours des restes humains, ce qui témoigne également d'un mauvais travail sur le terrain. C'est un véritable scandale, souligne Laszlo Maracz.

    Un Boeing 777 de la Malaysia Airlines, transportant 283 passagers et 15 membres d'équipage, s'est écrasé le 17 juillet 2014 dans l'est de l'Ukraine, alors qu'il effectuait la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur. Toutes les personnes qui se trouvaient à bord de l'appareil ont péri. Tous les participants au conflit armé dans le Donbass démentent leur implication dans cette catastrophe.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (281)

    Lire aussi:

    Les journalistes revenus du Donbass sommés par tribunal de supprimer leurs photos
    MH17: la Russie dévoile les données secrètes sur le Bouk pour faire avancer l'enquête
    MH17: la liste des suspects dévoilée avant la fin de l’année
    Un tribunal néerlandais refuse à la police l'accès aux infos de journalistes sur le MH17

    Lire aussi:

    Poutine: les USA ont des données sur le crash du MH17 mais ne les dévoilent pas
    Crash du Boeing malaisien: les parents de victimes portent plainte contre l’Ukraine
    Moscou sur l’enquête du crash du MH17: «Personne ne sollicite notre aide»
    Tags:
    enquête, MH17, Laszlo Maracz, Pays-Bas, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik