International
URL courte
Réactions au décret antiterroriste de Donald Trump (23)
27285
S'abonner

Œil pour œil, dent pour dent: après l’Irak, c’est au tour de l’Iran de répondre au décret de Trump sur l’immigration et d’appliquer le principe de réciprocité.

La riposte de Téhéran ne s'est pas fait attendre. Quelques jours après la décision de Donald Trump d'interdire l'entrée des citoyens iraniens et de six autres pays musulmans aux États-Unis, Téhéran a annoncé qu'il suspendrait la délivrance des visas aux citoyens américains. Cette mesure pourrait toutefois avoir des exceptions, a précisé le chef de la diplomatie iranienne Mohammad-Javad Zarif.

Hier, le parlement irakien, pays également visé par le décret de Trump, a appelé Washington à réviser le document et a voté une mesure de réciprocité interdisant aux Américains de franchir les frontières irakiennes.

Le décret signé par le président américain Donald Trump interdit temporairement l'entrée aux États-Unis des ressortissants de sept pays à majorité musulmane et suspend l'accueil de réfugiés de Syrie pour une durée indéterminée. D'autres pays sont également visés par cette dernière mesure pour 120 jours. L'exécutif déclare vouloir ainsi empêcher l'entrée dans le pays de terroristes.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

 

Dossier:
Réactions au décret antiterroriste de Donald Trump (23)

Lire aussi:

Boris Johnson appelle à ne pas diaboliser Donald Trump
Trump envisage de faire sortir les USA de l’Accord de Paris sur le climat
Trump aurait signé son décret antiterroriste sur l’immigration «sous la pression»?
Deux explosions retentissent à Beyrouth, des morts et blessés - vidéos
Tags:
visas, immigration, Donald Trump, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook