International
URL courte
18624
S'abonner

Les services de renseignement italiens ont établi que des groupes terroristes, y compris Daech, utilisent le trafic de migrants comme source de revenu.

Dans une interview au journal La Stampa, le directeur du Département de la sécurité de l'information Alessandro Pansa a déclaré que les groupes terroristes se finançaient grâce au trafic de migrants.

« En Afrique, les réseaux de trafic de migrants sont une autre source de revenu de certains groupes terroristes. Dans ce domaine, il existe un partenariat entre les organisations terroristes et les groupes criminels », a déclaré M. Pansa.

Selon les statistiques officielles du ministère italien de l'Intérieur, un nombre record de migrants, soit plus de 181 000 personnes, sont arrivés dans le pays au cours de l'année 2016.

« Ces derniers temps, Daech a fortement perdu ses positions. Ses sources de revenus, en particulier la contrebande de pétrole et de trésors archéologiques, seront bientôt épuisées. Nous supposons que les terroristes utilisent le trafic d'êtres humains en tant que nouvelle source de revenu », a précisé M. Pansa.

« En tant que responsable des activités du renseignement, je dois me demander si le phénomène de la migration est irréparable par nature (…). Personnellement, je pense que non », a-t-il conclu.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Des réfugiés se révoltent dans un camp du nord de l'Italie
Les chants de Noël interdits en Italie pour ne pas offenser les autres religions!
En Italie, une femme en niqab reçoit une amende de 30.000 EUR
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Tags:
migrants, Etat islamique, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook