International
URL courte
10140
S'abonner

L'ambassade de Russie en Norvège, qui a refusé d’accorder des visas à deux élus norvégiens, a qualifié les parlementaires du pays d’«otages des décisions» de l’UE. Elle a aussi souligné que la Norvège avait été informée de ce refus bien avant la formation de la délégation, qui doit visiter Moscou les 2 et 3 février.

Les deux parlementaires norvégiens à qui la Russie a refusé d'accorder des visas sont les « otages des décisions » de l'Union européenne de mettre les citoyens russes sur une « liste noire » il y a plus de deux ans, a indiqué l'ambassade de Russie en Norvège dans un communiqué publié sur son site Internet.

L'attaché de presse de l'ambassade de Russie, Maxim Gourov, souligne que deux députés norvégiens ont été inclus dans la liste noire de la Russie car la Norvège a décidé d'appliquer les sanctions antirusses de l'UE, bien qu'elle n'en soit pas membre.

« Nous soulignons que la liste noire de la Russie a été établie d'une façon absolument légitime, à la suite des actions inamicales et injustifiées de l'Union européenne et de certains pays qui s'y sont ralliés, y compris la Norvège. Par ailleurs, une délégation de la commission des affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), avec Konstantin Kossatchev à sa tête, a effectué une visite en Norvège les 16 et 17 juin 2016, mais elle ne contenait aucune personne figurant dans les listes noires de l'UE ou de la Norvège », a commenté l'ambassade de Russie. « Nous voudrions aussi rappeler que les mesures de la Russie ne sont que la réponse aux actions de la Norvège ».

L'ambassade de Russie a précisé que la Norvège avait été informée que certains députés du parlement norvégien avaient été inclus dans la liste noire de la Russie bien avant qu'elle n'établisse la composition de sa délégation. Elle a aussi rappelé que le Kremlin s'était toujours prononcé en faveur d'une « coopération russo-norvégienne équitable et mutuellement avantageuse, y compris entre les parlements ».

« Nous estimons qu'il est temps que nos partenaires norvégiens réfléchissent à l'opportunité de leur participation à toutes sortes de sanctions antirusses et à des listes diverses », a encore noté l'ambassade de Russie dans son communiqué.

La Russie et la Norvège entretiennent généralement des rapports de bon voisinage mais les différends se sont multipliés ces dernières années.

Le chef de la diplomatie norvégienne Børge Brende a jugé la situation « profondément regrettable ».

« Il est à la fois déraisonnable et injustifiable que ces parlementaires norvégiens se voient refuser un visa », a-t-il déclaré lors d'un point de presse.

La délégation norvégienne doit se rendre en visite à Moscou les 2 et 3 février, mais la Russie a refusé d'accorder un visa à deux de ses députés — la dirigeante du Parti libéral (centre droit) Trine Skei Grande et le responsable de la gauche socialiste Bard Vegar Solhjell.

L'arrivée des députés norvégiens à Moscou fait suite à la visite d'une délégation russe du Conseil de la Fédération, qui a rencontré les représentants du Storting (parlement norvégien) à Oslo en juin 2016. Les parlementaires des deux pays avaient alors évoqué les relations bilatérales, la sécurité européenne, la crise syrienne ainsi que le développement des liens économiques entre la Russie et la Norvège.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Boris Johnson a-t-il peur de dialoguer avec la Russie?
Les présidents turc et iranien attendus prochainement en Russie
Hollande promet à Trump de promouvoir le dialogue avec la Russie
Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Tags:
visite, communiqué, délégation, députés, ambassade, liste noire, refus, visas, parlementaires, Union européenne (UE), Conseil de la Fédération, Konstantin Kossatchev, Moscou, Oslo, Norvège, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook