International
URL courte
Crise migratoire (789)
1737
S'abonner

L'UE confirme sa volonté d'accorder 3 milliards d'euros à la Turquie, mais cette dernière devra prouver que cet argent ne sera dépensé que pour la gestion des flux des réfugiés.

L'UE investira dans des projets turcs concrets concernant les réfugiés dans le cadre d'un accord entre l'Union européenne et la Turquie, a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel à l'issue des négociations avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

«  L'UE doit accorder une aide financière à la Turquie dans le cadre de l'accord concernant les réfugiés. L'argent doit être dépensé dans des projets concrets pour les réfugiés  », a déclaré la chancelière lors d'une conférence de presse.

Conformément à cet accord, la Turquie s'engage à accueillir des migrants clandestins, arrivés en Europe, en échange de réfugiés légaux. De son côté, l'UE a promis à la Turquie un financement supplémentaire de 3 milliards d'euros et la reprise des négociations pour l'adhésion du pays à l'Union européenne.

La chancelière allemande Angela Merkel effectue une visite officielle d'une journée en Turquie. Lors de cette visite, le règlement syrien et la réalisation de l'accord sur les réfugiés entre la Turquie et l'UE seront au menu.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

Réfugiés mineurs arrivés au Danemark avec épouses, le gouvernement riposte
Comment les médecins russes soignent les réfugiés à Alep
«Cours de séduction» pour les réfugiés en Allemagne
Сoronavirus: un cinquième cas confirmé en France, deux patients en réanimation
Tags:
réfugiés, crise migratoire, Angela Merkel, Recep Tayyip Erdogan, Allemagne, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik