Ecoutez Radio Sputnik
    Jean-Luc Mélenchon

    Pour Mélenchon, il est honteux de demander la permission de traiter avec la Russie

    © Flickr/ Pierre-Selim
    International
    URL courte
    6474011275

    La France a toujours considéré la Russie comme un partenaire, et l’obligation de se justifier en parlant d’une coopération franco-russe est honteuse:on n’a pas à en demander l’autorisation, constate le candidat de la «France insoumise», qualifiant de belliqueuse la résolution contre Sputnik qui n’a jamais caché qu’il présentait une info alternative

    Dans la cadre des entretiens avec les principaux candidats à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, candidat du mouvement « La France insoumise » (LFI), a répondu à une question du quotidien Famille Chrétienne, qui souhaitait savoir quelle politique il adopterait vis-à-vis de la Russie s’il était élu à la présidence de la République.

     « Se dédouaner longuement », une honte

    « Pour la France, les Russes sont des partenaires, pas des ennemis. Quel que soit le régime politique qui est le leur. C’est la géopolitique qui … nous impose de s’accorder avec les Russes. Le dire, ce n’est pas tout accepter d’eux », explique le dirigeant de LFI.

    Et de souligner « Mais quelle odieuse cotisation forcée … d’être obligé de le préciser ! On ne peut plus parler des Russes sans être obligé de se dédouaner longuement ! Personne n’exige cela à propos de l’Arabie saoudite, du Qatar ou même de l’Iran. Il faut rétablir une relation normale avec les Russes, en l’assumant sans complexe ». 

    « Une guerre froide semble leur manquer »

    Jean-Luc Mélenchon s’est rappelé également de la résolution du Parlement européen contre Sputnik et RT.

    « Il est irresponsable que le Parlement européen adopte des résolutions belliqueuses contre la Russie, et décrive un état de "guerre d’information" avec elle, au motif qu’elle entretient les agences Sputnik et Russia Today. Alors que ces deux médias ne se sont jamais cachés d’être russes et de présenter un autre point de vue ! », constate le candidat à la présidentielle française.

    Il avoue avoir l’impression que beaucoup de gens ont envie de revivre la guerre froide, qui est pourtant définitivement close. 

    Selon M. Mélenchon, il ne s’agit plus d’un affrontement  entre deux blocs idéologiques, mais entre deux nations. L’une d’entre elles était à la tête d’un empire, qui s’est disloqué sans négociations sur la forme de cette désintégration.

    Et si la fin de l’empire austro-hongrois a été négociée tout comme celle de l’empire ottoman, la fin de l’empire soviétique n’a jamais été organisée. C’est pourquoi on s’attendait à ce que la désintégration se passe « par des bras de fer autour de chaque frontière litigieuse ». 

    « Au lieu de faire baisser les tensions, on a fait l’inverse. L’Europe est complice d’avoir laissé l’Otan s’élargir jusqu’aux portes de la Russie. », a-t-il conclu.


    Lire aussi:

    Hamon se veut rassembleur de la gauche, Mélenchon restera-t-il «insoumis»?
    Mélenchon désormais officiellement en lice pour la présidentielle 2017
    Mélenchon rend hommage à Fidel Castro lors d'un rassemblement à Paris
    Mélenchon: "L'Union européenne, on la change ou on la quitte"
    Mélenchon: "Une situation incroyable en France"
    Mélenchon : une gauche décomplexée
    Tags:
    honte, autorisation, journalisme, résolution, coopération, guerre froide, chaîne de télévision russe RT, Sputnik, Jean-Luc Mélenchon, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik