Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    «Oui» à la visite de Trump au Royaume-Uni: les intérêts du pays d’abord

    © AFP 2019 Daniel Leal-Olivas
    International
    URL courte
    9202
    S'abonner

    Le président US est-il attendu au Royaume-Uni? Après la signature par plus d’1,8 millions de personnes d’une pétition appelant à annuler sa visite d’État en signe de protestation contre son décret sur l’immigration, une nouvelle initiative, cette fois-ci en faveur de la visite, a été lancée. L’argument principal? Les intérêts de l’État avant tout.

    Décidément, Donald Trump est au centre de toutes les attentions au Royaume-Uni. Le gouvernement britannique s'est vu remettre une nouvelle pétition appelant à « autoriser » le nouveau président américain à se rendre en visite d'État au Royaume-Uni. Publiée sur le site Web officiel du parlement du pays, elle a été déjà signée par plus de 296 000 personnes.

    Rappelons qu'une initiative opposée à celle-ci a déjà eu lieu : plus d'1,8 millions de Britanniques ont signé la pétition appelant à interdire la visite d'État du président Trump et son entretien avec la reine Elizabeth II et ce en signe de protestation contre le décret sur l'immigration adopté par le nouveau président américain. Le document en question interdit pour une durée de trois mois l'entrée sur le sol américain de ressortissants de sept pays musulmans: l'Irak, l'Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et le Yémen. Il suspend en outre l'accueil de réfugiés en provenance de Syrie pour une durée indéterminée et l'accueil de réfugiés originaires d'autres pays pour 120 jours.

    Cette polémique a éclaté après que la première ministre britannique, Theresa May, a remis le 27 janvier dernier une invitation officielle de la reine à se rendre au Royaume-Uni en visite d'État courant 2017.

    Alors, qui aura le dernier mot? Le parlement britannique examinera la requête le 20 février.

    « Leader d'un monde libre »

    Pour les Britanniques qui s'expriment en faveur de la visite, Donald Trump est un leader du monde libre.

    « Donald Trump doit réaliser la visite d'État au Royaume-Uni. Il doit être invité car il est un leadeur du monde libre et le Royaume-Uni est un pays qui soutient la liberté d'expression. On ne peut pas faire taire les gens qui partagent notre point de vue ! », disent-ils dans leur pétition.

    Les partisans de l'initiative considèrent en outre que la visite en question doit avoir lieu le plus tôt possible, la Grande-Bretagne n'ayant pas besoin de confrontation avec le leader d'un pays allié.

    « Tous ceux qui militent en défaveur de la visite de Trump veulent mettre notre pays dans une situation embarrassante. Nous signons cette pétition, car les États-Unis sont l'un de nos principaux alliés. Nous ne voulons pas d'aggravation avec le leader élu d'une puissance mondiale », considère la militante Rose, citée par RT.

    « Il est temps de penser aux intérêts de notre propre pays »

    Selon cet habitant de New Cassel, il est temps que les Britanniques se soucient des intérêts de leur propre pays au lieu de se pencher sur les décisions d'un « leader étranger relatives à son propre pays ».

    « Nous ne sommes pas opposés à la visite de Donald Trump en Grande-Bretagne, car la façon dont il se comporte dans son pays ne nous concerne pas. Les États-Unis sont notre partenaire et Trump peut nous proposer de bons contrats commerciaux après la sortie de l'UE. Il est temps de se soucier du profit réel pour le pays et non uniquement "de la xénophobie et de l'égalité" », juge Ed Radley, cité par la même source.

    Quoi qu'il en soit, le sondage réalisé par l'organisation britannique YouGov a démontré que seuls 36 % des Britanniques s'opposent à la visite du président américain au Royaume-Uni. 49 % des personnes interrogées considèrent que la visite doit avoir lieu, s'agissant d'un leader élu par le peuple américain.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Trump et May main dans la main: un «geste chevaleresque», selon Downing Street
    Rencontre May-Trump: une caricature du Guardian indigne la Toile
    Tags:
    pétition, migration, décret, sondage, visite, parlement britannique, reine Elisabeth II, Theresa May, Donald Trump, États-Unis, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik