International
URL courte
10221
S'abonner

L'administration Trump est prête à renoncer à l'idée de rouvrir des prisons secrètes à l'étranger, où des techniques d'interrogatoire assimilables à de la torture ont été employées par le passé.

La Maison blanche a fait circuler un projet de décret présidentiel sur la sécurité qui ne parle plus de prisons secrètes, tout en continuant de défendre l'idée d'un recours accru au centre de détention de Guantanamo, relate le New York Times.

Un haut responsable de l'administration Trump a confirmé à Reuters que l'idée des prisons secrètes avait été abandonnée.

« C'était un document de travail qui n'a jamais été pris en considération par l'administration », a-t-il déclaré à propos du précédent projet de décret. « Nous l'avons abandonné. »

Après la polémique suscitée par ce projet, Donald Trump a défendu l'usage de la simulation de noyade contre les individus soupçonnés de terrorisme, se disant convaincu que « ça marche » pour assurer la sécurité des États-Unis.

Cette méthode d'interrogatoire controversée, introduite par l'administration Bush après les attentats du 11 septembre 2001, a été interdite par Barack Obama et vivement critiquée par les services de renseignement eux-mêmes.

Il existerait de fortes divergences à ce sujet au sein de l'administration et un éventuel rétablissement de cette méthode se serait heurté à de fortes résistances au sein de la CIA et de l'armée.

Le projet de document révisé n'annule pas la directive de Barack Obama, éditée fin 2009, concernant la fermeture de la prison de Guantanamo, qui n'a d'ailleurs jamais été réalisée.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Trump réaffirme son soutien au recours à certains types de tortures
Rapport sur l'Irak, migrants russes ou fiasco en Corée: les plus grands échecs de la CIA
Près de 50% des Américains favorables à la torture de prisonniers de guerre
CPI: la CIA et le Pentagone ont commis des crimes de guerre en Afghanistan
Tags:
prison, tortures, CIA, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook