International
URL courte
24139
S'abonner

Tokyo n’envisage pas pour le moment de lutter contre Daech mais s’apprête, avec Washington, à «faire face aux tentatives de changer l’état des choses en mer de Chine méridionale».

Le Japon exclut la possibilité d'une participation de ses militaires à des opérations contre le groupe terroriste Daech (ou État islamique), a déclaré la ministre de la Défense Tomomi Inada, commentant la visite à Tokyo du chef du Pentagone James Mattis.

« En ce qui concerne la lutte contre Daech, nos unités de Force d'autodéfense n'y participeront pas. Le premier ministre (Shinzo Abe) en a déjà parlé, et notre position n'a pas changé », a-t-elle indiqué.

Selon Mme Inada, en cas d'aggravation de la situation en mer de Chine méridionale, des navires de la Force maritime d'autodéfense japonaise n'y seront pas dépêchés . Dans le même temps, Tokyo et Washington envisagent de « faire face aux tentatives de changer l'état des choses en mer de Chine méridionale ».

En mars 2016, une loi sur l'extension des pouvoirs de la Force d'autodéfense est entrée en vigueur au Japon. Le document permet aux militaires du royaume — pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale — de participer à des hostilités pour défendre les « forces amicales », même si le Japon n'est pas menacé.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Les USA demandent à la coalition d'utiliser des commandos contre Daech
Le Japon ne participera pas aux opérations militaires contre l’EI
Grande coalition anti-EI, mais où sont les USA?
Poutine et Hollande prônent une large coalition contre l'Etat islamique
Tags:
Etat islamique, Japon, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook