Ecoutez Radio Sputnik
    Situation en Libye

    Député libyen: «Nous sommes contre une cité pour migrants sur notre sol»

    © Sputnik . Andrey Stenin
    International
    URL courte
    3155

    La Libye est la principale plateforme de migration vers l’Italie, 90 % des arrivées sur la péninsule s’y organisant à partir du littoral libyen, et l’Europe cherche à sous-traiter à Tripoli le contrôle en amont des flux migratoires.

    Dans une interview à Sputnik, le député libyen Said Amgib a accusé Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement d'union nationale, d'avoir signé un mémorandum de compréhension mutuelle avec l'Italie sur la situation relative aux réfugiés, soit sur la création, dans le sud de la Libye, d'une cité spéciale pour migrants venant de tous les pays de la région.

    « La communauté internationale profite de l'instabilité politique en Libye et fait appel à des politiciens qui ne se soucient pas des intérêts du pays. Ces gens sont prêts à signer n'importe quel accord », a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'expliquer que les pays européens avaient trouvé ainsi une solution qui leur convenait pour le problème migratoire, mais que les Libyens étaient catégoriquement opposés à la concentration des migrants sur leur sol.

    « Comme tous les Libyens, j'estime qu'on doit enfin laisser en paix la Libye, en lui permettant de décider en toute indépendance de son destin », a souligné le député, rappelant que le gouvernement d'union nationale avait été créé sur ordre de la communauté internationale et qu'il réalisait la politique des pays occidentaux.

    M. Amgib a espéré que la Russie avec la nouvelle administration américaine pourraient aider la Libye à désamorcer la crise.

    « Tous se sont persuadés à présent que la politique du précédent président des États-Unis Barack Obama pour résoudre les crises au Proche-Orient s'était avérée un échec total. »

    Signé par le président du Conseil italien Paolo Gentiloni et le premier ministre libyen Fayez al-Seraj, le mémorandum d'intention pour financer les camps de Libye où sont retenus les candidats à la traversée de la Méditerranée est critiqué par des ONG, dont Médecins sans frontières (MSF), qui soulignent que la Libye n'est pas un pays sûr.

    « Il est évident que l'Union européenne est prête à sacrifier des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants vulnérables afin de les empêcher d'atteindre les rivages européens », a indiqué en amont MSF dans un communiqué.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    L’Italie s’engage dans le combat politique en Libye
    À la recherche d’un dialogue politique, la Libye sollicite le concours de Moscou
    Libye: l’armée parviendra-t-elle à réunifier le pays?
    Corée du Sud: la Russie réagit aux tirs de semonce présumés contre ses bombardiers
    Tags:
    agence, mémorandum, députés, ONG, Union européenne (UE), Sputnik, Médecins sans frontières (MSF), Barack Obama, Paolo Gentiloni, Said Amgib, Fayez el-Sarraj, États-Unis, Russie, Proche-Orient, Méditerranée, Europe, Italie, Libye
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik