International
URL courte
11221
S'abonner

«Nous vivons dans un contexte de guerre de l’information dans laquelle la propagande joue un rôle plus important que les faits», estime un politologue allemand commentant les accusations de cyberattaques portées contre Moscou par Berlin.

Après un an d'enquête, les services secrets allemands n'ont pas trouvé aucunes preuves de l'existence de la campagne de désinformation contre le gouvernement allemand que la Russie est accusée de mener.

« Il n'y a absolument pas de faits, ni de documents, ni d'arguments capables de prouver ou de montrer que la partie russe ou des organismes d'État mènent une campagne organisée de déstabilisation ou se livrent à de la désinformation », a indiqué à Sputnik le politologue allemand Alexander Rahr.

Les médias ont largement couvert les prétendues cyberattaques russes contre le gouvernement et l'establishment allemands, et même contre la chancelière, sans pour autant présenter de faits à l'appui. Cependant, ils ont « semé des craintes dans la population ».

« Nous vivons dans un contexte de guerre de l'information, dans laquelle la propagande l'emporte sur les faits », a dit M. Rahr.

Le monde confortable dans lequel vivaient les Européens depuis 25 ans, c'est-à-dire depuis la fondation de l'UE, est en train de changer, explique l'expert. Le monde est redevenu multipolaire, de nouvelles forces apparaissent, et « l'Europe ne devient pas plus forte, mais au contraire, elle s'affaiblit ». Ce qui rend nerveuses les élites au pouvoir.

Selon ses prévisions, la situation restera tendue encore longtemps et les batailles de propagande sur Internet et dans les médias se poursuivront.

Malgré tout, il est crucial d'établir un dialogue et de limiter la probabilité d'une telle confrontation à l'avenir, estime-t-il.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Moscou qualifie de «délire» les accusations de Berlin
La bienveillance envers la Russie bientôt hors la loi en Occident?
Syrie: des scientifiques allemands démasquent les positions des médias mainstream
Pour Lavrov, l’Occident rejette sa faute sur autrui en accusant la Russie d’ingérence
Tags:
désinformation, propagande, Alexander Rahr, Allemagne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook