Ecoutez Radio Sputnik
    L'ancien ministre américain de la Défense William Perry

    Ex-chef du Pentagone: ne pas prolonger New START serait une «erreur tragique»

    © AP Photo / Alex Brandon
    International
    URL courte
    638

    L’ancien chef du Pentagone William Perry est convaincu que ce serait une «erreur tragique» si le traité russo-américain sur la réduction des armes stratégiques New START n’était pas prolongé.

    William Perry, l'un des principaux experts américains en matière de sécurité nucléaire, a commenté ainsi l'information d'après laquelle Donald Trump avait qualifié le traité russo-américain sur la réduction des armes stratégiques New START de « mauvaise affaire » lors de son récent entretien téléphonique avec Vladimir Poutine.

    « Ce serait une erreur tragique si nous ne parvenions pas à profiter de l'offre de la Russie d'étendre le traité », a-t-il déclaré cité par Politico.

    M. Perry a ajouté que les commentaires du président Trump, selon qui le New START serait un « mauvais accord » favorisant la Russie, étaient « tout simplement faux ».

    « Le traité impose un nombre égal d'armes et une procédure de vérification qui est apparemment plus rigoureuse pour la Russie que pour les États-Unis », a-t-il précisé.

    Il a été annoncé précédemment que lors de son récent entretien avec le président russe Vladimir Poutine Donald Trump avait qualifié New START de « mauvais accord ». La Maison Blanche a refusé de commenter le sujet signalant qu'il s'agissait d'un entretien privé entre les deux dirigeants.
    Vendredi, le porte-parole du président russe Dmitri Peskov a déclaré qu'avant de parler de la position du Kremlin eu égard à l'éventualité de la prolongation du traité il fallait d'abord actualiser l'information sur les positions des parties.

    Défense antimissile
    © Sputnik . Mikhail Fomichev
    En 2010, la Russie et les États-Unis ont signé un Traité sur la réduction des armements stratégiques offensifs. Aux termes du traité, qui est entré en vigueur en 2011, le nombre de lanceurs de missiles nucléaires stratégiques devait être limité à 700 de chaque côté et celui de leurs têtes nucléaires à 1 550. Le traité a été signé pour 10 ans.

    Plus tard, le président américain Barack Obama a proposé de réduire les arsenaux encore d'un tiers, mais Moscou a rejeté l'initiative, se référant à l'extension du système ABM américain et à d'autres problèmes en suspens dans les relations bilatérales. Par la suite, les États-Unis ont évoqué l'éventualité d'une prolongation de cinq ans, mais le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré ne pas avoir reçu une proposition officielle.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Le 1er entretien Poutine-Trump «constructif et sans phobies»
    Entretien Trump-Poutine: «un pas important», selon la Maison Blanche
    Entretien Poutine-Trump: ce que se sont dit les deux chefs d’État
    Tags:
    prorogation, Traité de réduction des armes stratégiques offensives (START), William Perry, Donald Trump, Vladimir Poutine, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik