Ecoutez Radio Sputnik
    Pierre Le Corf: le témoignage de civils vivant sous le feu des groupes armés

    Pierre Le Corf: le témoignage de civils vivant sous le feu des groupes armés en Syrie

    © REUTERS/ Ali Hashisho
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (hiver 2016/17) (165)
    162297371

    Nombreux sont les civils syriens vivant sous le feu des groupes de radicaux armés. Enlèvements, vols, meurtres font partie de leur quotidien. Pierre Le Corf, l'un des rares humanitaires européens à être présent à Alep, donne la parole aux premiers concernés.

    Ce sont des civils, ils ne se battent contre personne, et pourtant leurs familles vivent un enfer. Dès que les radicaux voient quelqu'un de plus ou moins aisé, ils l'enlèvent, prennent tout ce qu'il possède et le relâchent, presque nu.

    « Ce n'est pas notre faute, nous sommes juste des gens, nous ne nous battons contre personne », déplore un des habitants.

    Une fois kidnappés, difficile de savoir ce qu'il adviendra d'eux. « Ils ne sont pas revenus », témoigne la foule d'hommes et de jeunes aux visages tristes et tendus.

    Kidnappings, vols, meurtres, discriminations, c’est bien connu, toutes les valeurs d’un combat pour la liberté au service de la démocratie. A creuser, ils parlent du meurtre d'un journaliste Francais. Ce témoignage est toujours ordinaire et est traduit en direct en français par une interprète, pas de musique triste, pas de mise en scène ou de montage, ce sont des gens pris au hasard, des gens qui ont vécu avec les groupes armés terroristes, ici, avec l'ASL « l’Armée Libre Syrienne ». Ça m’a fait rire quand j’ai vu les enfants courir après les camions de l’armée Russe pour les remercier et chanter, je n’ai pas pu m’empêcher d’imaginer la tête de beaucoup de gens s’ils étaient là, tête de tant de gens pour qui cette guerre est devenue une raison de vivre, vie unilatérale et plutôt borgne. C’est dur de continuer à jouer les pots de terre, à subir des menaces, pressions pour que j’arrête et attaques de gens qui veulent juste effacer ces témoignages pour que le mensonge ambiant reste celui-ci bien organisé, si bien financé. Alors oui, pour répondre à ceux qui lisent certains détracteurs plus intéressés dans mon silence que dans la balance, évidemment que cette guerre n’est pas toute blanche toute noire, le gouvernement a aussi une part de responsabilité dans les morts mais il faut comprendre pourquoi, ne pas oublier que c’est devenu une guerre et que les gens se sont retrouvés au milieu de ce merdier qui n’a rien d’un mouvement démocrate, qui n’a rien d’un mouvement au service des gens, de la liberté. Ou si le prétexte pouvait avoir un peu de sens avant, aujourd’hui il n’est plus qu’un mécanisme d’électrochoc que l’on utilise sur ceux qui regardent la guerre de loin pour stimuler leur compassion puis leur haine à bon vouloir, ce au service de quelque chose qui ne fait que provoquer la mort, la destruction, le doute. Ce qui me fait peur c’est que les négociations récentes ont rassemblé tous les groupes armés djihadistes en 2 grands groupes, ils voulaient le faire depuis longtemps, ils l’ont fait grâce au temps qu’ils ont gagné. Je crois que l’on se rapproche de la V2 de cette guerre. Quoi qu’il en soit, aucune politique pour les gens, ce qu’ils veulent c’est la paix et recommencer à vivre, faites vous votre propre opinion. We are superheroes Kidnappings, thefts, murders, discriminations, it is well known, all the values of a fight for freedom in the service of democracy. This testimony is still ordinary, no sad music, no staging or editing, they are people taken at random, people who have lived with terrorist armed groups, here with the FSA "Free Syrian Army". It made me laugh when I saw the children running after the Russian army trucks to thank them and sing, I could not help but imagine their heads if they saw this, So many people for whom this war has become a reason to live, one-sided and one-eyed life. It's hard to keep playing the pots, to endure threats, pressures for me to stop and attack people who just want to erase these testimonials so that the surrounding lie remains well organized, so well funded. So yes, to answer those who read some detractors more interested in my silence than in the balance, obviously that this war is not all white very black, the government also has a share of responsibility in the dead but one must understand why, Do not forget that it has become a war and people have found themselves in the midst of this mess that is nothing like a democrat movement, which has nothing to do with serving people, freedom. Or if the pretext could have some meaning before, today it is only a mechanism of electroshock that is used on those who watch the war from afar to stimulate their compassion then their hatred to good will, This in the service of something that only causes death, destruction, doubt. What scares me is that the recent negotiations have brought together all the jihadi armed groups into 2 large groups, they wanted to do it for a long time, they did because of the time they won. I think we are approaching the V2 of this war. Anyway, no policy for people, what they want is peace and resume living, make your own opinion. We are superheroes

    Опубликовано Pierre Le Corf 10 февраля 2017 г.

    « Kidnappings, vols, meurtres, discriminations, c'est bien connu, toutes les valeurs d'un combat pour la liberté au service de la démocratie », énumère le fondateur de l'ONG WeAreSuperheroes Pierre Le Corf, ajoutant que les locaux parlent entre autres du meurtre d'un journaliste Français.

    Dans ce témoignage — sans musique triste, ni mise en scène ni montage —, ces gens pris au hasard et ayant vécu côte à côte avec les terroristes, ici avec l'Armée syrienne libre (ASL), confient que le souvenir le plus difficile pour eux, ce sont les obus de mortiers tombant depuis les cieux :

    « Les obus nous tombaient dessus, on vivait avec la mort, beaucoup de gens ont perdu leurs maisons. Tu penses que tu es en sécurité et tout d'un coup les obus pleuvent. »

    Les députés européens bouleversés par le camp de réfugiés d'Alep
    © Sputnik. Le Centre russe pour la réconciliation des belligérants
    Les forces gouvernementales sont présentes pour défendre la population contre les groupes armés. Du coup, le territoire est devenu une ligne de front entre les radicaux et le gouvernement. Parmi d'autres cauchemars quotidiens, ils évoquent des snipers des groupes extrémistes qui visent les civils…

    Soudain, la conversation est interrompue : les enfants courent après les camions de l'armée russe pour les remercier et chanter. « Je n'ai pas pu m'empêcher d'imaginer la tête de beaucoup de gens s'ils étaient là, tête de tant de gens pour qui cette guerre est devenue une raison de vivre, vie unilatérale et plutôt borgne », estime M. Le Corf.

    Face aux menaces et pressions auxquelles il est confronté, qui émanent de ceux qui veulent effacer ces témoignages « pour que le mensonge ambiant reste celui-ci bien organisé, si bien financé », il n'est pas facile de vivre comme si de rien d'était.

    « Alors oui, pour répondre à ceux qui lisent certains détracteurs plus intéressés dans mon silence que dans la balance, évidemment que cette guerre n'est pas toute blanche toute noire, le gouvernement a aussi une part de responsabilité dans les morts mais il faut comprendre pourquoi, ne pas oublier que c'est devenu une guerre et que les gens se sont retrouvés au milieu de ce merdier qui n'a rien d'un mouvement démocrate, qui n'a rien d'un mouvement au service des gens, de la liberté », dénonce-t-il.

    Pourtant, alors que certains choisissent de stimuler telle ou telle émotion envers le pays enlisé dans le conflit par des moyens artificiels (pour ne pas dire « intox »), les gens souhaitent une chose toute simple, la paix et recommencer à vivre. Peut-être est-il temps de cesser de promouvoir les positions biaisées au moment où plusieurs Syriens frissonnent sous les tirs ? Car il y a d'autres choses à faire, comme les aider, par exemple.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Situation en Syrie (hiver 2016/17) (165)

    Lire aussi:

    Pierre Le Corf: «Alep est libérée. Les gens sont tellement heureux ici»
    Pierre Le Corf fustige les terroristes d'Alep-Est, «cités en héros»
    Pierre Le Corf admire ces petits syriens qui ne perdent pas courage en pleine guerre
    Tags:
    groupes armés, témoignage, habitants locaux, vols, enlèvement, We are superheroes, Pierre Le Corf, Alep, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik