Ecoutez Radio Sputnik
    Dmitri Peskov

    Moscou sur les accusations contre Sputnik: la popularité des médias russes est flatteuse

    © Sputnik . Vladimir Astapkovitch
    International
    URL courte
    55614

    Le porte-parole du Kremlin a commenté les accusations d’un soutien d’Emmanuel Macron contre Sputnik et RT, en disant que même si la popularité prêtée aux médias russes était flatteuse, il est absurde d’affirmer qu'ils ont un impact sur l'opinion publique, rappelant que les médias, c’est avant tout la concurrence.

    « Nous sommes flattés d'apprendre que les médias russes sont aussi populaires. C’est un grand avantage. Et c’est probablement un grand mérite pour ceux qui exercent la gestion éditoriale de ces médias », a déclaré aux journalistes le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov.

    Et de souligner que les médias, c’est un marché, c’est la concurrence.

    « Et si nos médias dans certains pays sortent gagnants dans cette concurrence – et c’est de plus en plus le cas – on ne peut et on ne doit que les applaudir. Première chose. (Deuxièmement), dire que nos médias essayent d'influencer l'opinion publique quelque part est tout à fait absurde », a souligné le porte-parole du Kremlin.

    M. Peskov a expliqué qu'il a vu hier des articles sur certains sujets, prétendument publiés dans Sputnik et RT, et qui critiquaient un candidat à la présidentielle française tout en en soutenant un autre.

    « Je vous l’avoue honnêtement, je n'en ai trouvé ni sur Sputnik, ni sur RT. Je n’exclus pas qu’il s’agisse d’une énième calomnie pour tenter de dénigrer ces médias. Maintenant, il faut être très prudent, d’autant plus que nos collègues européens eux-mêmes répètent les mots "fake news" comme un mantra. Alors, laissez-nous aussi, quand on parle de RT et Sputnik, nous méfier toujours de ces fausses nouvelles concernant Sputnik et RT », a souligné Dmitri Peskov.

    Et de faire remarquer que des représentants français eux-mêmes s’échangeaient sans cesse de dures critiques et ne se gênaient pas pour employer à ces fins tous les moyens, y compris les médias, tant locaux qu’internationaux.

    Lundi dernier, lors d'une émission sur France2, le secrétaire général du mouvement En Marche!, Richard Ferrand, a accusé, Sputnik et la chaîne de télévision RT de diffuser des mensonges et de s'ingérer dans la vie démocratique française, sans toutefois apporter le moindre fait pour étayer ses allégations.

    À titre de preuve, le collaborateur d'Emmanuel Macron a cité un article qui n'a jamais été publié par Sputnik. Il s'agit d'une publication dans un blog qui avance qu'Emmanuel Macron aurait séjourné à la résidence officielle de l'ambassadeur de France « aux frais des contribuables français », lors de sa visite au Liban. M. Macron a démenti cette information, mais les rumeurs courent toujours.

    Il s'agit de la deuxième attaque médiatique contre Sputnik en moins d'une semaine. À son tour, et sans trop vérifier ses sources, l'Obs a récemment accusé le média russe de s'attaquer à Emmanuel Macron. En fait, il s'agissait d'un article rédigé par Sputnik à partir d'une interview que le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, avait accordée au journal russe Izvestia. Un fait établi, que Sputnik n'a jamais cherché à cacher. Épinglé par la rédaction de Sputnik France, l'Obs a consenti à rectifier l'article en précisant que c'était bien Assange qui affirmait posséder des informations sur le candidat français.


    Lire aussi:

    Non non, Sputnik n'a toujours pas calomnié Macron, promis juré
    Sputnik gagne le prix de World Press Photo avec «Les jours noirs de l’Ukraine»
    Conseils de la rédactrice de RT et Sputnik à la CIA pour perpétuer le «Russie bashing»
    Macron dans le viseur du Kremlin? Sputnik s’attire les foudres de la presse française
    Le Monde met Sputnik à l’index
    Tags:
    accusations, démenti, critiques, Présidentielle française 2017, Emmanuel Macron, Dmitri Peskov, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik