Ecoutez Radio Sputnik
    Macron

    Macron Vs Sputnik: les Fake News du HuffPost reprises par l’AFP

    © REUTERS/ Benoit Tessier
    International
    URL courte
    981265

    Mardi matin, Le Huffington Post a relayé les réactions de Sputnik et RT aux accusations gratuites de l’équipe Macron. Pourtant, exposer un démenti d’un média en déformant complètement l’accusation même et reformulant la réponse des médias, c’est de la fabrique de «fake news» par excellence… Un fake qui a déjà été repris par l’AFP.

    Diffuser le démenti « des deux médias financés par le Kremlin » accusés gratuitement est une bonne chose en soi. Pourtant, quand le HuffPost déforme l’accusation en question — les propos du collaborateur de M. Macron et la réponse des médias en question — ce n’est plus de l’information, c’est de la désinformation. Une « fake news » publiée et diffusée par le Huffington Post et déjà reprise par l’AFP, la plus grande agence de presse en français… Voilà comment les fausses nouvelles viennent au monde et sont propagées. Les juristes de Sputnik examinent d’ailleurs les suites à donner à cette affaire.

    ​Ainsi, le 14 février, avec tout l’amour qu’il voue à Sputnik et RT, le Huffington Post, un média racheté par le géant américain AOL en 2012 et dont la branche française était détenue à son lancement à 51 % par la maison-mère américaine, à 34 % par Le Monde et à 15 % par le banquier Matthieu Pigasse, s’est réjoui des accusations « formulées par des cadres d’En Marche! » et de la réponse des deux médias en question. Et voilà ce qu’il a écrit:

    « Il [le secrétaire général du mouvement français En Marche!, Richard Ferrand, ndlr] a notamment cité une "rumeur" partie d’un blog et relayée par Sputnik, selon laquelle Emmanuel Macron, lors de son déplacement au Liban, aurait dormi "aux frais du contribuable" à l’ambassade de France ».

    Pourtant M. Ferrand n’a jamais accusé Sputnik ou RT de diffuser cette rumeur, issue en réalité d’un blog et reprise par les médias français et non ceux « du Kremlin ». Voilà ce que Richard Ferrand a réellement dit lors d’une émission sur France 2:

    « Je crois qu’aujourd’hui, il faut regarder les faits: deux grands médias, Russian Today (sic) et Sputnik, qui appartiennent à l’État russe, font leur quotidien de la diffusion et de la propagation de fausses nouvelles, ces nouvelles sont reprises, sont citées et viennent peser sur notre vie démocratique. »

    Un blog [qui a indiqué, ndlr], lorsqu’Emmanuel Macron est allé au Liban: « Il a dormi à l’ambassade du Liban, au fond, aux frais du contribuable », ce qui naturellement était inexact. Mais alors que s’est-il passé? Le magazine Les Inrockuptibles, non sans citer le blog, a donné cette fausse information, que deux porte-paroles de Monsieur Fillon ont repris, sur Europe 1, sur France Culture et ailleurs pour ensuite s’apercevoir qu’elle était inexacte, mais en attendant, le mal est fait.

    Eh oui, comme l’a fait remarquer M. Ferrand, « la rumeur est partie et ensuite on vient comparer cela à d’autres faits qui sont plus embêtants ».

    Couper des citations, c’est aussi un art. Et le HuffPost le maîtrise parfaitement. Le média présente ainsi la réponse de Sputnik:

    « À titre de preuve, le collaborateur d’Emmanuel Macron a cité un article qui n’a jamais été publié par Sputnik », se défend le site, expliquant qu’il s’agit d’une «publication dans un blog et non d’un article du site. »

    ​Que doit-on alors tirer de cette citation habilement tronquée? Que Sputnik a bien publié cette information, non sur son site principal, mais sur un blog. Espérons que le HuffPost a au moins ouvert le site pour l’étudier un peu avant d’en parler et de voir… que si des blogs écrits par des lecteurs de Sputnik sont bien présents sur le site, aucun d’entre eux n’a cité la rumeur en question, pas plus que le site principal d’ailleurs…

    « Sollicitées par le HuffPost, les rédactions françaises des médias russes Spoutnik (sic) et RT France n'ont pas souhaité réagir aux accusations de l'entourage d'Emmanuel Macron », poursuit le Huffington Post.

    Pourtant, la rédaction française de Sputnik n'a reçu aucune demande de la part de ses confrères du Huffington Post. Tant pis, car cette demande aurait pu empêcher l'apparition de la « fake news », qui poursuit déjà son bonhomme de chemin dans les médias français… La raison en est peut-être que le Huffington Post a tenté de contacter la rédaction française d'un inexistant « Spoutnik »…

    La réponse de Sputnik au mouvement français En Marche! ne concernait en réalité que la déclaration de Richard Ferrand qui a accusé les deux médias de « s’ingérer dans la vie démocratique » de la France sans toutefois fournir de preuves, se limitant à citer un message d’un blog qui n’a rien à voir avec ces sites.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

     

    Lire aussi:

    Le Kremlin en désaccord avec les accusations d'Emmanuel Macron contre Sputnik et RT
    WikiLeaks: ces révélations embarrassantes pour l’équipe Macron
    Simonian: même Reuters indique que Macron n’a pas d’exemple de fake news de Sputnik et RT
    Tags:
    accusation gratuite, médias français, faux, propagande, Huffington Post, AFP, chaîne de télévision russe RT, Richard Ferrand, Emmanuel Macron, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik